Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 février 2007 4 01 /02 /février /2007 06:35
 1 février

LA MONTEE DE LA LANCE EN COURANT

En ce mercredi 31, dernier jour du mois de janvier, nous partons de bon matin, Défi Franck, Chantal et moi Titifb, pour La Lance, via La Roche Saint Secret, Beconne, et les Léonards où nous laisserons la voiture (450m d'alt).

Pour nous rendre sur le lieu de notre entraînement, nous traversons tout d'abord le petit village de Taulignan qui était jadis une seigneurie qui appartenait au XIIe siècle à Bertrand de Taulignan, vassal du baron de Montauban. Il y avait auparavant un château, mais ne reste aujourd'hui de cette époque que le soubassement, la salle de garde transformée en lavoir et un pan de mur de sa propre enceinte.

Taulignan était au XIXe siècle une ville prospère principalement grâce au moulinage de la soie qui employait plus de 400 ouvrières. D'ailleurs, le Musée de la soie, installé à Taulignan, entretient le souvenir de cette industrie qui fit la prospérité du village au XIXe siècle. En ce temps-là, la bourgade comptait 2400 habitants contre 1600 aujourd'hui.

Image Hosted by ImageShack.us

 

Taulignan ont de très belles façades des XVe, XVIe et XVIIe siècle. Ceci est un témoignage de la richesse que connaissait alors le pays. Taulignan fut un lieu de passage et de commerce, mais également un lieu de passage pour les grandes invasions du IIIe au Ve siècle. Le "chemin des Invasions" existe toujours et relie le village au Pont au Jas. C'était un itinéraire emprunté par les pèlerins qui se rendaient à Compostelle ou au Moyen Orient.

Un grand nombre de maisons au sein du village

La Montagne de la Lance se dresse fièrement derrière ce pittoresque village qu'il domine du haut de ses 1340 m d'altitude, ce qui n'est pas si mal pour un sommet de la Drôme Provençale. Sommet qui fait partie des Pré-Alpes dont les crêtes marquent les limites des communes de Teyssières, Montjoux, Roche-Saint-Secret-Béconne, Montbrison-sur-Lez, Le Pègue, Venterol et Aubres. Dans son sens le plus large, le "massif de la Lance" comprend les collines qui la bordent, notamment sur son front sud, qui forme la limite avec la plaine du Tricastin, et de l'autre côté, les Baronnies.

Sitôt la voiture laissée aux Léonards, nous partons d'une bonne foulée pour attaquer la séance du jour. Au menu, point de fractionnés diaboliques et compliqués à mémoriser. Non, le but est seulement de monter 500 ou 600 mètres de dénivelé en continu, chacun au rythme qui est le sien. Bien entendu, nous partons tous les trois...mais pas pour longtemps ! Chantal, tranquillement, sans forcer et respirant comme je respire pendant mes rares siestes postprandiales, déroule gentiment dans les pentes tout de suite abruptes de l'itinéraire que nous avons choisi. A regret, nous voyons, mon coéquipier et moi, s'éloigner la championne de notre champ de vision. Notre moral en prend-il un coup ? Un peu, en ce qui me concerne...Je ne peux m'empêcher de penser à la dernière fois où nous sommes venues, elle et moi, et où je courais avec aisance malgré la déclivité du sentier. Foin de regrets ! Il me faut revenir progressivement, de toutes façons, je n'ai pas le choix...Défi Franck et moi, poursuivons donc notre ascension sur la route givrée, puis légèrement enneigée.

Image Hosted by ImageShack.us

Des couleurs encore automnales...

 

Ah ! Ce n'est pas la neige que nous avions connu en décembre 1990, où pratiquement un mètre de poudre blanche nous avait barré le chemin du sommet. Enfoncées dans la neige jusqu'à la ceinture, il nous avait fallu deux sorties pour accéder aux Rochers Garraux. Le premier jour ayant été consacré à la marche d'approche et à la reconnaissance du chemin, devenu totalement invisible. Les branches des arbres alourdies par le poids de leur blanc manteau touchaient le sol. Il nous fallut de grands coups de piolets pour les redresser et pouvoir passer !

Image Hosted by ImageShack.us

Défi Franck et Chantal Baillon

 

Aujourd'hui, rien de tel :  seule une fine couche blanche recouvre le sentier, pierres et feuilles apparaissant par endroits...Je craignais plutôt la glace qui nous avait obligée à rebrousser chemin l'an dernier. Mais, il est vrai qu'il a fait beaucoup moins froid cette saison. D'ailleurs aux Léonards, la température était à peine négative (-1°).

Chantal va accumuler finalement plus de dénivellation que nous ce matin. En effet, de temps en temps, (quand nous lui manquons trop ?), elle redescend vers nous en nous encourageant...et nous, on fait ce qu'on peut et dans ces pentes, on peut...peu ! Dans les parties les moins raides, on court, mais dès que les genoux touchent le menton, on marche ! Défi Franck et moi nous nous arrêtons fréquemment pour soulager les tendons de nos mollets soumis à une tension inhabituelle. J'en profite aussi pour faire quelques photos.

Le retour est nettement plus rapide, euh, surtout pour mes compagnons de cordée ! Car, en ce qui me concerne, j'ai franchement la foulée hésitante : j'ai peur de glisser et de me tordre une cheville. Il ne manquerait qu'une entorse à mon palmarès de blessures et ce serait complet ! De plus, j'ai les jambiers antérieurs en feu, et si on approchait une allumette de mes tibias, elle s'allumerait toute seule ! Les dégringoleurs eux se font plaisir avec l'assentiment du coach qui les exhorte tout de même à la modération et à la prudence...

Bilan de notre sortie "Montagne de la Lance" : 10 km et 600 m de dénivelé positif et négatif.

Image Hosted by ImageShack.us

Le  tri o à l'antécîme de la Lance

Partager cet article

Repost 0
Published by titifb - dans Rando-Course
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Courir Plus Haut
  • Courir Plus Haut
  • : Le blog de Titifb, passionnée de montagne. 6e des championnats du monde Master de course en montagne 2006. Trails, 10 km, plans d'entraînement, conseils, récits de courses...Coach d'une équipe de coureurs Drômois.
  • Contact