Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 août 2006 6 05 /08 /août /2006 07:53
LE TRAIL DU CHENAILLET

Image Hosted by ImageShack.us

 

8 h 35 : MONTGENEVRE (05) un petit trail en solitaire !

 La température est fraîche ce matin...1° ! Je quitte le parking désert des Chalmettes (à l'entrée de MONTGENEVRE) à 1821 m avec l'intention avouée de faire une rando-course dans la massif du Chenaillet. Mon sentier commence aussitôt par...une montée ! Pas d'échauffement...mais je prends un (petit) rythme de croisière, et finalement les premiers hectomètres ne sont pas trop pénibles. Au départ du télésiège du Barral, je rejoins une large piste, direction "Les Anges". Seule, aujourd'hui, je cours à mon rythme, à ma main comme on dit. Une vraie balade de santé ! La piste n'est pas très pentue et je cours lentement, mais sûrement ! Je m'arrête au restaurant d'altitude pour boire...à mon cameback ! Autre arrêt au lac des Anges, où j'en profite pour faire des photos. Je ne fais pas l'effort de porter mon appareil pour le promener ! Un panneau me met en garde contre les tourbillons dangereux et la profondeur de l'eau. La baignade est interdite. Ca tombe bien, je n'ai pas l'intention de tenter quelques brasses !

EN HAUT (??) D'UN OCEAN !

Je repars tranquillement, déroulant mes foulées cahotantes au milieu de cette pelouse alpine. Pas un bruit ne vient troubler la solitude du lieu. Personne, je suis seule, les sens aux aguets, l'esprit en éveil, tout en moi est attentif à mon environnement. C'est rare que je fasse des mini-trails en solitaire. Surtout sur un itinéraire inconnu. Que vais-je trouver là-haut ? Le sentier de crête n'est-il pas raviné, rendu glissant et dangereux par les affres de l'hiver ? S'il m'arrive quelque chose, qui le saura (mon portable est dans le coffre de la voiture) ? Je me dois donc d'être à 100% sûre de moi, ne prendre aucun risque, ni à la montée, ni à la descente (en montagne, 20% des accidents surviennent au retour, une fois la course derrière soi. On relâche son attention, et hop, la chute !). Le fait d'être seule est très excitant. Je me sens disponible, ouverte à l'aventure, à la fois détendue et vigilante. La perception que j'ai des choses est différente, je sais qu'ici je ne dois compter que sur moi.

A LA DECOUVERTE DU SENTIER GEOLOGIQUE

A 2315 m, me voici à la cabane des douaniers. La vue sur la vallée de la Cerveyrette est saisissante. Face à moi se dresse la haute muraille du Lasseron (2702 m). Puis, loin sur la gauche, le Queyras. La pointe du Pic du grand Rochebrune s'élève fièrement dans le bleu du ciel. Maintenant, je vais suivre "le sentier géologique", à la découverte d'un océan disparu...Non, vous ne rêvez pas, il y a 2500 ans on aurait pu piquer une tête en haut du Chenaillet !

Contexte : le massif du Chenaillet est vieux de 150 millions d'années. Il fait l'objet de nombreuses études par des géologues du monde entier. On peut y trouver une association de roches très inhabituelles au sein d'une croute continentale, car elle constitue la nature de la lithosphère océanique. Traditionnellement on trouve ces roches en faisant de la plongée sous marine à plus de 2000 m...de profondeur !

Grâce aux panneaux explicatifs, je vais apprendre beaucoup de choses ! Autant ne pas courir idiot. Cette rando-course permet d'allier sport et culture ! Comme je suis seule, je prends le temps de m'arrêter (quitte à stoppe pour retrouver mon souffle, autant que ce soit devant une explication géologique !). Je peux donc observer le long du parcours de crête du basalte (en forme de coussins, pillow lavas), de la péridotite, des roches magmatiques et métamorphiques, etc. Très intéressant ! Je prends quelques clichés.

PANORAMA A COUPER LE SOUFFLE

 

    1 h 04 ! C'est le temps qui s'affiche à ma montre GPS au sommet du Chenaillet à 2650 m. Pas si mal pour 900 m de dénivelé cumulé, sur 6 km environ. Un panorama à 360° s'offre à moi : au loin, le mont Thabor est sous une couche de neige...Plus à gauche, la barre des Ecrins, le Pelvoux, etc… Je me retourne pour observer le col Perdu, celui de l'Izoard, celui des Ourdeis...Le temps de prendre des photos et d'avaler un gel, je m'élance dans la descente vers le Collet Vert. Le sentier est très technique, la chute par endroit interdite. La pente est raide, nulle herbe ne retient la chaussure qui a une méchante tendance à vouloir glisser plus vite que je ne le souhaite...Heureusement, j'ai d'excellentes chaussures de trail, les meilleures que je n'ai jamais eues : des Salomon Trail Comp SCS. Elles sont à la fois souples, accrocheuses, et méritantes sur route. Bref, parfait pour l'usage que j'en ai.

 Pour la descente, je renonce à faire un détour par le Collet vert, car l'heure tourne, et je ne voudrais pas qu'à La Chambarde, ne me voyant pas rentrer, on prévienne les secours en montagne ! Je prends un raccourci qui me mène à l'arrivée du télésiège du Brousset ; je poursuis mon chemin, courant sur les pistes de ski que j'ai tant dévalées en hiver !

Je me sens vraiment bien, libre, heureuse d'être là, allongeant la foulée dans cet espace de solitude. Solitude qui ne dure pas. Je traverse sous le télésiège du Grand Chenaillet, et croise mes premiers bipèdes. Il est presque 11 h...Est-ce une heure pour entamer une randonnée ??? Allez, cool, chacun prend son plaisir comme il l'entend ! Moi, si je me levais à 10 h (ce qui ne m'arrive jamais !), j'aurais l'impression d'avoir perdu ma journée...Mon éducation doit y être pour quelque chose : la journée appartient à celui qui se lève tôt ! Voilà ce qu'on m'a inculqué dans mon enfance. Ca marque !

   1 h 34 : me voici de retour sur le parking. Je me suis régalée ; ça c'est un spot !

Partager cet article

Repost 0
Published by titifb - dans Rando-Course
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Courir Plus Haut
  • Courir Plus Haut
  • : Le blog de Titifb, passionnée de montagne. 6e des championnats du monde Master de course en montagne 2006. Trails, 10 km, plans d'entraînement, conseils, récits de courses...Coach d'une équipe de coureurs Drômois.
  • Contact