Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 août 2007 3 22 /08 /août /2007 07:14

Mercredi 15 Août

Bourg Saint Maurice/Les Arcs 1600
Soleil et quelques nuages l'après-midi
 
 
 
Et allez, une fois de plus, nous allons nous mettre la pression en épinglant un nouveau dossard sur notre tee shirt. Je crois que c'est la 3e fois que je participe à cette course qui fut en 1998 le support des Championnats de France de Montagne et longtemps labélisée FFA. Aujourd'hui, elle n'est plus qu'une course sur le calendrier des compétitions hors stade. Mais, elle n'en est pas moins dure : 12,5 km et 800 m de dénivelée. 

 
9 h, le soleil est déjà haut dans le ciel qui sourit. Il nous tiendra compagnie toute la journée, c'est sûr...Dès le tour du propriétaire, l'échauffement s'entend, nous rencontrons nos adversaires du jour. Bon, aujourd'hui, comme hier, et comme demain, il va falloir être à la hauteur, voilà notre postulat, l'axiome de tous les coureurs de montagne d'ailleurs !

Michèle Leservoisier, notre "vieille" connaissance est là, et d'après moi, elle a course gagnée. Patricia Serda, elle non plus n'est pas une inconnue, mais Chantal est capable de l'accrocher. Autre prétendante Magali Jacquemoud, la kiné-traileuse de Séez qui va courir sur ses terres. Voilà, le podium est là ; après, dans quel ordre...A vos baskets, mesdames et que les meilleures soient devant, comme il se doit. En ce qui me concerne, je ne me fais aucune illusion. Je suis venue pour en baver et..Je vais en baver...

 

10 h, coup d'envoi au pistolet. Le décompte retentit sur la place du Soleil. 10, 9, etc…PAN ! C'est parti ! Heureusement que nous ne sommes pas nombreux car le départ se fait à l'entrée d'un tunnel de 10 m fort étroit, et à l'issue de celui-ci, une borne métallique, bien qu'abaissée, est néanmoins un obstacle sur lequel il vaut mieux ne pas poser le pied ! L'itinéraire ne comporte que très peu de bitume. Le temps de quitter le parking des ARCS 1600 que le peloton s'étire déjà

Nous suivons désormais une large piste qui doit nous mener au col des Frêtes à près de 2400 m d'altitude. Parfois, nous abandonnons
ce tracé pour quelques raccourcis, non seulement autorisés, mais en plus obligatoires ! C'est assez boueux, il faut dire que la saison estivale a été particulièrement arrosée. Mes Salomon Trail comp, usées jusqu'à la corde, font merveille, mais ne sont pas équipées, et je le déplore sans détour, d'un moteur qui m'aurait permis de me joindre au quatuor de tête qui a pris la poudre d'escampette dès le coup de feu du starter. Que se passe-t-il devant ? Il est presque 11h, et en regardant ma montre, je songe que le premier, sans doute Arnaud
Fourdin, vainqueur pour la 5e ou 6e fois est certainement arrivé.

Et chez les femmes ? Qui remportera cette 23e édition ? 

Pas moi en tout cas, qui respire comme un poisson hors de l'eau. Je cours, je marche, je cours, je marche. Je lève la tête et aperçois le col des Frêtes. Bientôt, bientôt j'y serai. De nombreux souvenirs me reviennent en mémoire. Je revois Cathy Bonnet et ses bâtons de rando qui avait "couru" avec nous en 2000, ainsi que Luc Way... Je suis à la trace Roland Gaconnet, un copain VH2 qui m'a encouragée dès le "Mur du Golet", une piste
noire que nous avons remontée entre le 3e et le 4e kilomètre. Gentiment, il m'a proposé sa gourde d'eau sucrée en pleine pente à 45%. Je devais avoir une sale
tête : l'eau sucrée pour un coureur, c'est limite l'extrême onction. J'avais décliné sa rédemptrice proposition, lui assurant que je survivrais jusqu'au prochain ravitaillement. Ce que j'ai fait : j'ai survécu ! En le suivant. Sauf qu'en prenant sa foulée élastique, nous étions toujours décalés : lui courait quand je marchais, et vice-versa ! A l'arrivée, je n'ai pas réussi à combler les 30 secondes qu'il m'a mis dans la descente...Oui, car cette course ne comporte pas que de la montée ! Les 3 derniers kilomètres se dégringolent sur une piste 4X4, boueuse et gravillonneuse, si je puis dire !

Heureusement, juste avant d'arriver au col des Frêtes, dans le dernier virage en épingle, la vision du Mont-Blanc se détachant sur le ciel azuréen vaut- que dis-je ?- mérite à lui seul les souffrances infligées par cette terrible montée. Souffrance, et rédemption. Voilà ce que je viens chercher en montagne ? Non, mais la beauté de ce décor fabuleux sublime mes interrogations et me donne le courage de ne rien lâcher quelle que soit la position que j'occupe au classement d'une course de montagne.
 
Je dévale à fond de train la descente qui doit m'emmener à ce nouveau village...Ca sent le caoutchouc brûlé ! Attention, j'ai plus de frein ! J'enrhume de nombreux randonneurs qui courent, sentant l'écurie proche ! Deux coureurs sont à l'agonie et restent scotchés dans la pente. Je n'ai malheureusement pas le temps de leur dire un mot d'encouragement, mais la délivrance est proche. 

Ma montre s'arrête sur 1h18. Ce sera le chrono dont je devrai me contenter. Je termine 6e et 3e V1. Ca ira bien pour mon compte aujourd'hui. Je n'aurais pas pu faire mieux je pense. La 5e, je ne l'ai jamais vu. Il s'agit de Stéphanie Duc qui, elle, a franchi la ligne 9 minutes avant moi...Y a des écarts en montagne totalement hallucinants.
Chantal, qui m'a tiré le portrait dans les 200 derniers mètres, me rejoint. Elle est un peu désabusée. Elle a pris une 4e place derrière un trio de tête composé de Michèle Leservoisier, 1 h 03, Patricia Serda, la serveuse du Refuge du Bouc Blanc de la Tania, 1 h 06'34, et Magali Jacquemoud, 1h07'37; Chantal avec un temps de 1h08'32 est à moins d'une minute…

Allez, nous voici de nouveau sur les podiums au scrach et par catégorie (les 10 premiers hommes et femmes au scratch s'y retrouveront). Et une coupe de plus pour la collection paternelle. Je me verrai offrir également une PAIRE DE SKIS PARABOLIQUES !!! Cool pour cet hiver...

 
 
DSCN2025-copie-1.jpg
Michèle Leservoisier et ses dauphines
 
P1070843.JPG
Titifb devra-t-elle rentrer chez elle en ski ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Courir Plus Haut
  • Courir Plus Haut
  • : Le blog de Titifb, passionnée de montagne. 6e des championnats du monde Master de course en montagne 2006. Trails, 10 km, plans d'entraînement, conseils, récits de courses...Coach d'une équipe de coureurs Drômois.
  • Contact