Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 août 2008 5 22 /08 /août /2008 05:27

 

 Course de montagne :
Trophée Cacciatore 2008



LES ARCS, 15 AOUT

 

Pour la 4e fois, je m’aligne sur cette épreuve, qui, je le sens, va bien en être une ce matin. Ma parole, il faut que j’aille au plus vite consulter un psy : je sais d’avance que je vais en baver, je pourrais donc renoncer et rester sous la couette alors qu’il pleut, que le brouillard nous enveloppe de son manteau gris d’ouate humide et étouffant. Non, à la place de toutes ces voix qui me demandent raisonnablement de rentrer à l’appartement pour regarder les J.O. de Pékin à la télé, je suis ici, aux Arcs 1600, à épingler un dossard sur mon maillot, parce que j’ai écouté la seule voix, ténue, s’il en est, qui me disait : ‘’cette course, tu peux la faire, tu vas la faire. Just run it !’’

 

C’est étrange, je souffre d’un mal mystérieux : à l’entraînement, la veille des courses auxquelles je participe, je me sens très bien, je vole ! La cuisse légère, le mollet frémissant, un mental d’acier domine mes émotions. Bref, tout va bien, et ma motivation me « dope ». Demain, je lâche les chevaux, ça va faire mal. Mes adversaires n’ont qu’à bien se tenir ! Et hop, le jour J, rien ne va plus, c’est rouge, impair et manque...Je me sens, comme en ce matin d’Assomption, les jambes de plomb, la tête vide, la nausée, le souffle court. J’ai beau me dire, c’est dans la tête, hier, tu étais très bien, rien n’y fait. J’suis MAL !

 

Nous partons par 6°, sous la pluie, Crapahut 26 et moi, pour l’échauffement du Trophée. Cette course fut en 1998 le support des Championnats de France de Montagne et a longtemps bénéficié du label FFA. Aujourd'hui, elle n'est plus qu'une course qui perd des coureurs, au fil des éditions...pourtant, rien à dire de l’organisation !

1O8 coureurs seulement seront sous la banderole, à 10 heures.  Il faut dire que le calendrier des courses hors stade déborde de compétitions ; on rajoute au manque d’effectif, la météo hivernale…

 

Bon, y a p’t-être pas la quantité, mais la qualité est bien là. D’ailleurs, lorsque le temps est exécrable, ce sont les joggeurs qui sont absents, rarement les ténors…que rien n’arrête !

 

Je suis incapable de suivre ma coéquipière pendant les 3 km de footing que je dois m’infliger pour ne pas partir « à froid » et risquer la blessure. Dès le moindre faux plat, je marche. Ca promet !

 

9h55, les sacs avec les affaires de rechange sont dans la navette, je suis aux avant-postes avec Crapahut. Je lui souhaite bonne chance, ainsi qu’à mon copain Arnaud Fourdin.

 

5, 4, 3, 2, 1, top !
C’est parti et ça commence mal : les organisateurs ont négligé d’enlever la rubalise qui fermait le sas, et il nous faut éviter de tomber, de glisser et nous débarrasser de cet encombrant et dangereux cadeau  ! Je ne serai pas la seule à maudire l’organisation à ce moment-là...Leurs oreilles ont-elle sifflé ?

 

Dès la sortie du tunnel de départ, il nous faut remonter une pente très raide. Trop pour moi, vous vous en doutez...Raide, et rendue boueuse et glissante par la pluie qui tombe généreusement depuis des heures. Je mets les mains sur les cuisses et regarde en grimaçant de rage mes adversaires me doubler... Bon, je ne vais pas me laisser faire. La suite est moins pentue et déjà, j’inscris à mon tableau de chasse une imprudente qui n’a pas laissé assez de distance entre elle et moi et n’a pas su profiter de son avantage acquis dans la montée…


Ca va mieux, sur « la route des Espagnols », je reconnais un chemin familier, c’est celui que nous avons emprunté hier, à l’échauffement. Un moment où j’étais bien...Tiens, un peu de PNL : préparation neuro-linguistique, comme mon frère Pierre me l’a enseigné. Je me projette donc, dans l’état d’esprit qui m’animait hier, lorsque mes sensations étaient bonnes, et que je déroulais
mes foulées avec la plus grande facilité...Et bien, ça marche...je ne marche plus ! Je cours et plutôt bien, puisque je rattrape une autre fille, Cathy Dubois !

 

Le parcours a changé. En effet, le tracé initial a été modifié pour des raisons de sécurité, liées aux conditions climatiques, et nous sommes donc sur un parcours de repli; il est plus court, et surtout plus roulant...Cool, ça me convient très bien, je vais pouvoir courir davantage que d’habitude.

 

Je déroule donc à bon rythme, sur une large piste forestière vallonnée, sautant de nombreuses flaques, pour éviter de mouiller, autant que faire se peut, mes chaussures (ASICS Torana, comme pour la K22, je porte également le même tee-shirt. Oups, je suis devenue fétichiste ?)

 

3 ravitaillements : les courageux bénévoles, sous les capuches des imperméables, nous proposent des gobelets d’eau (glacée, bien sûr !) ou des éponges mouillées pour nous rafraîchir ! Inutile de dire que les distributions ont eu peu de succès, et que les rares clients qui se sont arrêtés sont ceux qui devaient rattacher leurs lacets…

 

Je préfère, et de loin, ce parcours à celui, pourtant grandiose, du col des Frettes ; au moins, je peux courir ! C’est l’idée d’une course en montagne, non ? Je ne me suis pas inscrite sur une Rando-Course…

Bon, en même temps, je ne peux pas vous cacher plus longtemps ma forfaiture. Oui, bien que mon GPS ne m’accorde que 450 m de dénivelée positive (et 33m négative), je l’avoue, à ma grande déception, j’ai quand même marché...Et c’est comme ça, d’ailleurs, que je me fais rattraper par Catherine Dubois au 8e kilomètre…Oui, elle me passe, me dépose.

Je ne tente pas de l’accrocher, alors qu’honnêtement, j’aurais pu lutter (jusqu’où, je ne le saurai jamais). Le problème, c’est que les organisateurs nous ont annoncé 10 km (9,300 km en fait) et 900 m+ à la place de 450 m+ !!! Ca fait une sacrée différence...D’autre part, on nous a promis une arrivée très raide et très longue (piste noire de ski). Donc, je m’attends au pire, veux me ménager, et laisse filer mon poisson pilote (elle, elle devait être mieux renseignée que moi…). A chaque virage, je m’attends donc, avec résignation, à me heurter à un mur, à un rempart...à la muraille de Chine, d’actualité avec les J.O. ! Mais, voilà, rien ne viendra, qu’une pente débonnaire, mais j’ai laissé passer ma chance de terminer 3e de la course.

 

L’arrivée, en descente sur 200 m est frustrante, je n’ai personne à rattraper...Je coupe la ligne en 55’54, tranquille, loin de mon arrivée en vrac de la K22, qui avait tant effrayé famille et secouriste, où je m’étais battue jusqu’au bout.

 


Bon, une place de 4e sur le podium scratch du Trophée Cacciatore est loin d’être une défaite...et beaucoup s’en contenterait. De plus, j’enlève la victoire dans ma catégorie : 1ère V1.

15 h, la traditionnelle remise des prix
n’aura pas lieu sur la célèbre Place du Soleil, mais à l’intérieur, à la Coupole, qui sert de salle des fêtes, de réunions, etc. La Place du Soleil porte, en effet, bien mal son nom aujourd’hui, inondée par une pluie d’été qui ne cesse de tomber.

 

Crapahut et moi sommes appelées sur le podium scratch, puisque les 10 premières femmes (et les 10 premiers hommes) au classement général sont honorées.  

Nous serons également récompensées sur le podium des catégories. Crapahut et moi décrochons la victoire, respectivement en V2 et V1. 

Résultats sans surprise
: Stéphanie Duc, 1ère, Crapahut 2e, Cathy Dubois, 3e, moi, 4e. La 5e arrive plus de 5’ derrière moi...Il s’agit de Cathy Lefèvre, suivie d’Anne-Cécile Despinasse. Amandine Briard est 7e, Karine Mansard. Laurence Machery 9e, et Isabelle Pallancher complète le podium.

 

Chez les garçons, c’est notre copain Arnaud Fourdin qui s’impose devant le régional de l’étape Marc Marou, Frédéric Thérisod, Romuald De Paepe, Bruno Despinasse, Jérôme Vezel, Alain Duhamel, Loic Lapèze, Gilles Gontharet et David Cacciatore.


 PHOTOS

RESULTATS


 Un peu d'histoire ?

On peut se demander aujourd’hui, ce que serait Bourg-Saint-Maurice sans les Arcs et inversement ? Ville de passage située sur la voie romaine reliant Vienne et Lyon à Turin, Bergintrum ne porte le nom de Bourg-Saint-Maurice que depuis le XIXe siècle. Les habitants vivaient de l'élevage, de la fenaison, et les montées en alpage,  rythmaient leurs jours. Le développement des congés payés, l’essor économique des années 70, l'ère des loisirs, lui ont donné le visage d’une ville de montagne qui a su s’adapter aux évolutions du monde moderne. On peut dire qu’elle fut sacrément audacieuse dans sa conception architecturale..On aime, ou on déteste, mais, je crois, que les ARCS ne laissent personne indifférent.

 

La création des Arcs
1968 : Ouverture de la station d’Arc 1600.
1974 : Ouverture de la station d’Arc 1800.
1979 : Ouverture de la station d’Arc 2000 avec le Club Méditerranée.
2003 : Inauguration des premières résidences d’Arc 1950.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

pierre 31/10/2008 15:28

beau résultat dans un cadre féérique.http://pierrecourse.skyroc.com/

michel v 05/09/2008 22:33

JE VOIS QUE TU PRENDS GOUT AU CRAPAHUTAGE AVEC CRAPATHUT. ET QUE CATHY DUBOIS AFFINAIT SA PREPARATION A L UTMB OU ELLE FINIRA 3IEME UNE PLACE QUI LUI VA BIENEN TOUT CAS BRAVOPOUR TA PERSEVERANCE JE TE TIRES MA REVERENCE !

Bicshow 05/09/2008 10:29

Belle course, 10km/h dans ces conditions chapeau bas madame !!!!!

titifb 05/09/2008 10:35


Merci Monsieur, (ne vous découvrez pas trop quand même !) pour ce commentaire laconique mais explicite !


calimero 25/08/2008 22:55

Et voilà, encore une!!Là je n'ai pas senti l'épuisement habituel pour être allée au bout de tes forces mais plutôt une petite déception bien légitime d'avoir manqué quelque chose!Une nouvelle victoire quand même!!

espace-marathon88 23/08/2008 08:23

Eh bien, les vacances ne sont pas signe de treve pour tiftib avec encore de trés belles courses de montagne et toujours un podium a la clé..bravo si un jour tu viens aux cretes tu sera trés bien affutéea+

titifb 23/08/2008 08:28



Courir sur les CRETES VOSGIENNES ce serait mon rêve...



Présentation

  • : Courir Plus Haut
  • Courir Plus Haut
  • : Le blog de Titifb, passionnée de montagne. 6e des championnats du monde Master de course en montagne 2006. Trails, 10 km, plans d'entraînement, conseils, récits de courses...Coach d'une équipe de coureurs Drômois.
  • Contact