Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 juin 2007 3 06 /06 /juin /2007 08:13

                                             VOL AU DESSUS D'UN NID DE KIKOUS

SYNOPSIS : tragi-comédie sur un trail de montagne.

ACTE I :
Dimanche 3 Juin 2007. Il est près de 9 heures lorsque nous arrivons au domaine de l’Aigle au cœur de la station-village de Lans en Vercors à 1 020 m d’altitude. Le ciel est assez dégagé, et la température est parfaite...Un débardeur et un short suffiront aujourd'hui. Pour pique-niquer ? Non, pour courir ! En effet, aujourd'hui, j'ai annoncé sur mon blog, à qui voulait l'entendre, euh, le lire, que je faisais le Trail du Pic Saint Michel. Certains, qui connaissaient sûrement "l'Ogre des 4 montagnes", m'ont fait part de leur étonnement : ça se court ??? Beh, je...je...enfin, Béné38 l'affirme ; soutenue, qui plus est, par Samontetro_le_bien_nommé ! 
P1060024.JPG

En fait tout a commencé le 1er Avril, et ça n'est pas un poisson d'avril (peut-être cela aurait-il été préférable ?), au Trail de Tullins
. En ce lieu de perdition, j'ai rencontré moult kikoureurs...dont Béné38 (que je coache à l'occasion !). Là, commence ma première erreur (qui sera suivie par beaucoup d'autres...) : je l'écoute lorsqu'elle me vante SA course dans le Vercors.
 
BENE
: Tu verras, cette course est vraiment bien ! Mais ATTENTION, la descente est TRES technique, raide itou !

TITIFB (au public, en aparté) : Ca m'est égal, j'ai pas l'intention d'y aller ! (à Béné)
: Vraiment, Béné, j'hésite...Ta course au Pic a l'air super. Mais, tu sais ce que c'est la vie de star, on est invitée partout. Où serai-je le 3 Juin...

BENE (avec insistance): C'est moi qui l'organise avec le ski-club de Lans en Vercors. 15 km. (au public, en aparté) : Peut-être plus ! (à Titifb, fièrement)
: 1000m positif et...négatif !

TITIFB (en aparté au public) : Sauf si je reste là-haut ! (hypocrite
) : Ah ??? Super ! Ca me tente !  

(NDLR : une actrice hypocrite est un pléonasme, car c'est bien du mot grec "hypocrites
", signifiant acteur, qu'est tiré le mot hypocrite.)

Bon, ça va, j'étais prévenue. Mais, mea culpa, mea maxima culpa, je ne l'ai écoutée que d'une oreille distraite car ce trail, je ne comptais pas le faire, même pas en rêve ! En effet, à cette époque, ma coéquipière et athlète Chantal était juste en reprise après une sévère blessure en février (fracture de fatigue du calcanéum). Son kiné (mon frère) lui avait nettement fait part de son inquiétude quant à une reprise de la course en montagne et notamment des épreuves qui comporteraient de la descente...Donc, bien sûr, lorsque Béné me met dans la main la plaquette publicitaire de son bébé, je m'empresse de la glisser le plus loin possible de mon regard...au fond de mon sac de sport ! Et je l'oublie ! Il faut dire aussi que cet automne, moi aussi, je me suis blessée sérieusement (déchirure du mollet...). Depuis, surtout en descente, j'ai peur ! Incroyable, moi qui bondissais comme un cabri de pierres en pierres me riant de la pente dans la montagne, me voici désormais, dès que le terrain s'incline légèrement à freiner des 4 fers ! Et puis les montées de 1000m, très peu pour moi : trop dur ! Ce que je préfère dans les courses : le plat, le court, le roulant, donc pour le Trail de Béné, je mets dans la poche avec le mouchoir dessus !

Fin du 1er acte. RIDEAU !

ACTE II
Ah, n'allez JAMAIS sur le forum de Kikouroù? ! C'est un piège terrible...on arrive avec des idées sur certaines choses et hop, on change d'avis...Je sais, il n'y a que les imbéciles qui ne changent...etc. Bon ! Béné n'a rien trouvé de plus malin que d'ouvrir un "post" sur ce fameux forum_de_perdition ! Et, c'est là que tout a basculé. Après la lecture d'une foultitude de mots d'encouragement à venir me joindre aux joyeux drilles kikoureurs (près de 25 kikous à Lans...il devait y avoir un nid pas loin), je tente de faire de la résistance (et dans le Vercors, humour mis à part, on sait ce que c'est la Résistance. Respect !).

Morceaux choisis :

TITIFB : J'irais bien, mais je suis invitée au 1er trail des Gorges de l'Ardèche le même jour !

TITIFB
: Mais, c'est la fête des Mères !

Même Chantal s'y met !

CHANTAL (sournoisement)
: Moi, ça me dirait bien le trail du Pic Saint Michel !

Alors, là, si tout le monde me trahit...Les dés en sont jetés.
TITIFB (fataliste) : C'est bon, je rends les armes. Allez, ah, jacta est ! (sic).

CHANTAL (surprise)
: T'as pas l'air contente d'aller là-bas...

TITIFB (énigmatique
) : Si si, je cache ma joie !

Fin du 2e acte. RIDEAU !

ACTE III
Qu'il est beau et sauvage ce Vercors. C'est un massif des Préalpes, à cheval sur l'Isère et la Drôme. Sa superficie est d'environ 135 000 ha, ce qui en fait le plus grand massif des Préalpes du nord.IMG-0058.JPG
                                         Au loin, le MONT AIGUILLE
 
L'adjectif correspondant est vertacomicorien, du nom d'une tribu celte qui occupait la région. Vous ne connaissez pas ce haut plateau ? Quelle chance, il vous reste à le découvrir ! Nous, nos roues nous amènent dans la zone septentrionale du Vercors, dite des 4 montagnes autour de Lans-en-Vercors. Cette région regroupe les villages de Lans-en-Vercors, Autrans, Villard-de-Lans, Corrençon-en-Vercors, Méaudre, Engins et St-Nizier du Moucherotte. Au sens strict, les Quatre Montagnes désignent géographiquement les deux plateaux de Lans / Villard et Autrans / Méaudre, séparés par une ligne de crête.
 
P1060009.JPG 
Dès ma descente de voiture, je vois rouge (les tee shirts et les fameuses casquettes des Kikourous ! Euh, il y en a également des blanches, mais le logo K est bien rouge !). Mon appréhension, s'évanouit aux contacts de mes copains ! Quelle joie de se rencontrer ou comme pour certains qui étaient à Tullins de se revoir...On s'embrasse déjà comme de vieux amis...

RAIDEUR69
: Salut Titifb, ma belle, quel plaisir de te revoir !

TITIFB : Moi aussi, Raideur, j'suis si contente ! (embrassade).


THUNDER : Z'avez pas vu Rapace ? Encore à lambiner quelque part ? J'vais l'enrhumer !

RAPACE
: Il est pas venu l'gamin ? Il a eu peur de prendre sa raclée ? J'le comprends...

TITIFB
: Rapace, si tu me doubles, j'te balance du sommet !

(Propos, bien évidemment librement interprétés !)

TITIFB (en pleine introspection): Si la tension monte
d'un cran, est-ce que ça fait grimper plus vite au sommet ? 

LE COMMANDEUR
: Pas sûr, peut-être que ça scotche !

TITIFB : Me voilà bien. Maman, ça va être ma fête !
(c'est la Fête des Mères !)

Chantal et moi partons nous échauffer sur le parcours. Après cinq cents mètres de bitume en faux-plat montant, arrive une vraie montée. Et là, une fourche. Rubalise à gauche, hop, on prend à gauche dans un chemin boueux planté de hautes herbes rafraîchissantes...Mince, ça monte ! Aïe...Nous redescendons silencieusement.

LE MONOLOGUE

TITIFB :

Ca promet ! J'ai couru 10 minutes, et j'ai déjà les jambes plombées...
C'est dans ta tête qu'il faudrait du plomb !
Non ! La semaine dernière, à Anduze, j'me sentais super bien. 
Oui, mais, dès qu'il s'agit pour toi de faire une course avec de la côte, tu t'en fais toujours une montagne !
C'est vrai, dès que je vois une pente, je m'incline, je penche du côté où je vais tomber ! 
Ne dis pas ça ! Je ne suis pas superstitieuse, mais ça porte malheur !!!
Ce que j'aime dans les courses
...c'est quand j'ai la ligne d'arrivée sous les pieds !
C'est où le Pic Saint Michel ? Là-bas ? J'y crois pas ! Qu'est-ce je suis venue f...e Grrrrrrrrrrrrrrrrrr (censure) faire dans cette galère ? J'aurais dû demander à Béné d'être béné...vole !

Fin de l'acte 3, RIDEAU !

ACTE IV
sylvie.jpg
Attention le départ ! Il est 10 heures, les garçons qui partent 15 minutes après nous, nous encouragent et nous flashent à qui mieux mieux ! Flash des radars, on va trop vite ? Je pars avec Chantal et nous resterons ensemble jusqu'au début des hostilités (qui viennent très vite). Florence Marguet, la raideuse émérite du Team Les ARCS QUECHUA, prend les devants. Elle connaît le parcours, et ça, ce sera déterminant par rapport à Chantal. Pas pour moi ! Car, même avec une boussole greffée dans le cerveau, un GPS au poignet, et des panneaux indicateurs gros comme des montgolfières je n'aurais pas gagné mes deux concurrentes qui me sont nettement supérieures...Bref, à la première intersection, premier problème : le poisson-pilote orange prend...à droite ! Nous, avec Chantal, au cours de l'échauffement nous avions pris à gauche ! Euh qui a raison ? (à ce moment-là, j'ignorais que la première connaissait l'itinéraire comme sa poche !).

TITIFB
: Cool, la fusée orange file dans la mauvaise direction, on va refaire notre retard (relatif) sur elle ! Chantal ! Où tu vas ? c'est à gauche ! 

CHANTAL (affolée
) : Chais plus ! La première est passée à droite !

TITIFB (hilare) : Ouais, mais nous, on connaît (ah bon ? pourtant il n'y avait pas de parcours affiché...dommage d'ailleurs !). Manque peut-être un signaleur à cet endroit. (en aparté)
: A moins que Florence l'ait payé pour allez boire une bière !

Chantal, qui est passablement troublée, se lance à la poursuite du diamant orange. Moi, imperturbable et forte de ma connaissance du terrain, je pars à gauche : y a de la rubalise, donc, l'itinéraire est EVIDENT ! Je commence à monter lorsque Chantal me rappelle : un randonneur lui a dit qu'à droite, sur un arbre il y a une affiche de la course ! 

TITIFB (moins hilare)
: J'y crois pas ! Je suis maudite ! Pourvu que Pinston n'apprenne JAMAIS ce nouvel épisode d'égarement, sinon, il va encore se moquer de moi !

Mon avance sur la 4e a fondu comme neige au soleil, la première place est perdue pour toujours corps et âme, on ne reviendra plus sur elle...Chantal ronge son frein…Béné, Samontetro, vous n'avez pas eu les oreilles qui ont sifflé à 10 h 04'34 ??? Oui ? Tout s'explique ! 

Bon, nous voici reparties, le moral en berne, en ce qui me concerne
...Chantal a tôt fait en quelques foulées toniques de me distancer...Jusqu'à un moment où je la vois revenir sur moi !

TITIFB (surprise) : Chantal, mais qu'est-ce que tu fais là ? La course, c'est dans l'autre sens ! (inquiète
) : Y a un problème ?

CHANTAL (vénere grave)
:  Là, à l'intersection, chais pas s'il faut aller à droite ou à gauche !

TITIFB (moqueuse)
: Mais, Chantal, voyons, t'as qu'à suivre la rubalise (hi hi).

CHANTAL (vénere grave) :  Mouais...mais d'la rubalise, y en a à droite ET à gauche. SAMONTETRO MONTRE-TOI si t'es un homme. (
Ca, Chantal ne l'a pas dit, mais elle l'a pensé si fort que je l'ai entendu !)

TITIFB (assommée par l'imminence du naufrage) : Mais...mais...Mince alors ! (je n'ai pas vraiment dit ça. C'était certainement plus fleuri comme vocable).

Je me surprends à regarder le sol. Comme les indiens je recherche les traces de passages, mais il y en a de partout, qui partent à droite, à gauche, qui montent, qui descendent. Bon, faisons confiance au hasard, on prend à gauche ! Bonne pioche...Chantal met de nouveau le turbo et me laisse au cœur de la forêt, toute seule, euh, avec la meute de filles lâchées à mes trousses, et qui, si ça continue comme ça vont finir par me passer. 
Je l'avoue, à ce moment-là de la course, je n' y crois plus du
tout. A quoi ? Que je puisse revenir sur les premières, et que je sois seulement sur le bon chemin ! Heureusement, à l'intersection suivante, enfin des signaleurs. J'en profite, d'ailleurs pour leur signaler qu'en 2 kilomètres, je me suis déjà égarée deux fois;
 
SIGNALEUR (navré, la bouche collée au Talkie-walkie)
: Je le sais, la fille qui vient de passer me l'a dit...

Fin de l'acte 4, RIDEAU !

ACTE V
A partir de là, je n'aurai plus aucun problème d'itinéraire, et à chaque carrefour, soit un commissaire sera présent, soit de la rubalise (mise que d'un côté du croisement, c'est mieux !), indiquera d'une façon claire le parcours à suivre. La montée dans la forêt est très agréable bien que boueuse. Les choses se compliquent après le premier ravitaillement. Un long single track technique et glissant à souhait nous est gracieusement offert par les organisateurs. De nombreux randonneurs sillonnent prudemment et s'écartent respectueusement pour me laisser passer. Par endroit, il y a quasiment des marches. Je commence à avoir les jambes lactiques et j'ai du mal à lever les genoux. Je me retourne pour voir la concurrence...Au loin galope un maillot rouge. Trop loin...tranquille. Rester néanmoins concentrée. Et vlan, qu'est-ce que je disais ! J'ai failli refaire mon triple Salkow boucle piquée du trail de Tullins. Heureusement ma main gauche sera salvatrice d'une chute indigne dans la boue.
 
TITIFB (fort) : Non, mais, aujourd'hui, je ne tomberai pas, aujourd'hui, je ne tomberai pas, aujourd'hui, je ne tomberai pas !!! Méthode Coué. Mieux que la méthode...seCOUE !
Ah, Béné, merci pour la montée au col de l'Arc...Magnifique ! Ca grimpe comme j'aime, dré dans l'pentu...De joyeux lurons accrochés à des grosses pierres dans le pierrier m'encouragent bruyamment. Je voudrais les remercier; mais, curieusement aucun autre son qu'un bruit de forge ne sort de ma gorge ! Je leur fais un petit signe de la main et poursuis mon chemin. Sur les crêtes, nouveau passage délicat...et soudain, une respiration derrière moi : le premier homme ! Sympa, il engage la conversation. Arrivée au sommet, un groupe hurle :
LE GROUPE (excité) : C'est Audrey là-bas ! Hou hou ! Audrey !
TITIFB (inquiète) : Audrey ? Zut, je croyais l'avoir semée celle-là ! Un coup de jumelles. Mise au point. Non, trop loin, mais, bon, on ne sait jamais...Il va s'agir de ne pas mollir dans la descente ! Ah, de la neige ! Génial ! Hop, j'vais quand même prendre le temps de la toucher. Le panorama est grandiose. J'aurais dû prendre mon appareil photo…
De courageux bénévoles m'accueillent au zinc :
LES BENEVOLES (enthousiastes) : Vous prendrez bien quelque chose ?
TITIFB (sérieuse) : Oui, le téléférique pour redescendre !
LES BENEVOLES (qui_font comme_s'ils n'avaient_pas_entendu) : Allez, c'est notre tournée, qu'est-ce qui vous ferait plaisir ?
TITIFB (toujours sérieuse) : Un Château Haut Brion 1947.
LES BENEVOLES (après réflexion) : Euh, on n'en a plus ! On en avait bien monté une bouteille ce matin, mais Samontetro l'a goûtée...et ...
TITIFB (déçue) : ...l'a trouvée à son goût ! Ca va, j'ai compris...Je me contenterai d'un Pétrus 61.
LES BENEVOLES (soulagés) : Ah ! Ca, on a !
Voilà, un début d'explication pour ce qui va arriver après ! Je quitte à regret, mes nouveaux amis...et me lance à corps perdu dans la descente.

Fin de l'Acte 5, RIDEAU !
ACTE VI
LE MONOLOGUEIMG-2521-copie-1.jpg
 
TITIFB : Ah, enfin la descente ! Je vais m'refaire...Fini de rire maintenant, comme dit Rapace : ça va saigner ! Hop ! (un petit saut gracieux de cabri). Oups...un peu trop vite ! Gaffe ! Ca glisse !!!! Où sont les freins ??? Ah, une partie plus calme, je fais refroidir les "Ferrodo". Je relance, Audrey ma p'tite, si tu veux revenir sur moi, va falloir assurer ! (A ce moment-là, plusieurs garçons-fusées me déposent !). Hola, comme ils assurent ceux-là ! J'vais les suivre !
Et soudain, le drame, en une seule scène, la Fameuse Scène de la Chute. Du plongeon, de la bûche, de la cascade, de la culbute, de la dégringolade, de la glissade; bref, en un mot comme en cent : de la gamelle 100% pur jus ! La cause ?De la boue accumulée sous les semelles, trop de vitesse ? Les deux !
 
Accrochez-vous, on vous passe le ralenti : le pied gauche en avant, bien à plat sur les Lapiaz, le bras droit qui part en arrière, le buste entraîné par le poids de la tête...J'aurais pu être à l'origine de cette loi sur la gravitation : en me regardant m'écraser sur le sol, Newton aurait eu l'idée de traiter le cas de la Lune comme un cas de chute permanente autour de la Terre ! Vous connaissez la masse inertielle (celle responsable de la vitesse de chute libre) ? Elle est égale à la masse gravitationnelle (celle responsable de la gravité). Quant à Galilée qui avait énoncé qu'un corps en chute (soumis au champ de pesanteur terrestre, de 9,81 N/kg), était équivalent à un même corps uniformément accéléré avec une accélération de 9,81 m/s², je confirme, point par point (de suture, bien sûr !). Pour l'instant je suis encore debout, dans les airs !
 
TITIFB : Je vole !
 
LE COMMANDEUR : Allô, Titifb, vous me recevez ? Ici la Terre ! Le règlement stipule sans équivoque qu'il est formellement interdit de prendre la voie des airs sur cette courses ? Ne prennez pas trop d'altitude ! Attention à l'ivresse des sommets ! (référence au Pétrus ?)
 
TITIFB (grisée) : Je vous reçois 5 sur 5 ! Pour l'instant : tout va bien ! Où est mon parachute ?
  para.jpg
LE COMMANDEUR : Para...chute ? Euh, Il me semblait bien que j'avais oublié quelque chose en préparant votre équipement ce matin...Attention, impact dans 3 secondes, 2 secondes, 1 seconde...IMPACT !
 
Boumbadaboum, spountrfff, paffffffff, sstrongggggggg, cui-cui, cui-cui !
 
TITIFB (dégrisée) : Euh, z'avez pas vu mes lunettes ?
 
UN COUREUR (prévenant et inquiet) : Tout va bien ? Tu as besoin de quelque chose ?
 
TITIFB (abattue): Oui, de l'extrême onction ! 

Bon, j'ai trouvé une branche !
Je me relève et fais l'état des lieux. Un peu assommée.
 
TITIFB (toute contente) : Wahou, mon bras droit est à sa place, le gauche également, c'est déjà ça ! Les jambes ? Voyons voyons...les deux ont l'air parallèles. La tête ? Bof, c'est pas un coup de plus ou de moins qui changeront quoi que ce soit à l'affaire...Bilan, bonne pour le service...après vente ? Non, il y a belle lurette que je ne suis plus sous garantie !
 
Après ce petit contrôle technique, il faut voir si le moteur repart. Starter ! Ca démarre pas ! c'était trop beau…
 
TITIFB (déconfite) : J'ai dû couler une bielle ! Et j'ai rien pour réparer le joint de culasse ! Allez, faut repartir, on papote, on papote mais derrière, ça va revenir !
 
Heureusement que j'avais de la marge sur ma poursuivante. Tiens, ma monture de lunettes Adidas climacool ! Même pas abîmée, géniales ces lunettes, incassables : j'ai testé pour vous, en cas de choc, les branches se désolidarisent de la monture. Re starter ! Ca marche, je repars !
 
La fin de la descente sera moins glorieuse, et pour tout dire...Moins drôle ! Le moindre faux-plat est un calvaire et c'est en titubant que je coupe la ligne d'arrivée, en 3e position, ma poursuivante restant à me poursuivre. 1h56, TCC (toutes chutes comprises !). Je m'écroule dès la ligne franchie. 3e et bien...pas si mal, finalement ! En 1h03, j'étais au sommet...Il m'a fallu presque autant de temps pour faire la descente !
 
Fin de l'acte 6, RIDEAU !
 
ACTE VII 
IMG-1386.JPG
 
LES SECOURISTES (empressés au public massé autour de moi) : On va s'en occuper. Vous êtes tombée ? Vous vous rappelez comment vous vous appelez ? Vous vous rappelez de votre chute ?
 
TITIFB : Pour ça oui !
 
Les secouristes me portent...secours et je resterai un sacré bout de temps dans le beau camion rouge ! Eux à panser mes plaies, moi, à penser mes plaies !
 
Heureusement, rien de grave ! Juste une fracture du crâne ! J'plaisante, j'ai la tête solide...juste une belle bosse sur le pariétal et diverses entorses (au règlement de Béné qui avertit qu'on ne doit pas se blesser sur sa course !), des contusions à gogo, notamment épaule et genou droit. Un peu le coude gauche. Mais finalement, c'est à la main gauche que j'ai le plus mal !
 
TITIFB : Oh, j'ai un œil au beurre noir ! Mince, j'suis rayée de partout. Je ne vais pas pouvoir aller à la piscine : j'suis plus étanche !
 
LE SECOURISTE (insistant): Ce soir vous irez à l'hôpital de Montélimar.
 
TITIFB (évasive_et_pressée_de_sortir_du_camion_pour_rejoindre_ses_copains kikoureurs_qui_arrivent_les_uns_après_les_autres): Oui, oui, oui.
 
LE SECOURISTE (insistant et soupçonneux) : Je téléphonerai à l'hôpital pour m'assurer que vous y êtes vraiment allée…
 
Bon, j'irai. Je sors et rejoins ENFIN, les autres !
 
Fin de l'acte 7, RIDEAU !
 
ACTE VIII
 
Le meilleur est à venir ! D'ailleurs secrètement, TOUT le monde est venu pour ça : l'after !!!
 
LES KIKOUREURS (inquiets) : Ca va Titifb ?
 
TITIFB (souriant_derrière_ses_lunettes_noires) : Mais, oui, tout va pour le mieux ! Nono est arrivée ?
 
RAIDEUR (soucieux, prenant son portable) : Je vais l'appeler !...Allô ? NoNo ? On envoie l'Alouette III du Secours en Montagne ? Non ? T'es sûre ?
 
Et, elle arrive notre NoNo ! Sous les flashs, les vivats, les hourras de tous et surtout de nous les Kikous, massés dans l'aire d'arrivée ! Tout le monde l'entoure, la réconforte, la félicite. Tous, nous voudrions la prendre dans nos bras (en faisant attention de ne pas briser sa coquille, bien sûr !). L'émotion est palpable...De NoNo, il n'y en a pas un morceau pour tous...
 
TITIFB : Si j'en avais eu la force, je serais venue à ta rencontre...Bravo NoNo, tu l'as fait !
 
Nono, notre super star a des larmes plein les yeux. L'émotion, la fatigue, la joie d'en avoir fini...NoNo l'escargot, pour son premier trail, elle en a bavé...c'est sûr ! Chapeau ! 
  P1060042.JPG
La remise des récompenses, les podiums, les coupes. Ma coupe ? Pour NoNo bien sûr. Car au fond qui l'a bien méritée cette récompense ? Sûrement pas moi, qui ne cesse de me tromper de chemin, qui fais des roulés-boulés (c'est autorisé par le règlement ça Béné ?) pour descendre plus vite... Non ! Cette fois, la coupe est pleine...elle est pour NoNo.
 
  P1060052.JPG
TITIFB (gênée): Euh, Nono, j'voudrais t'offrir ma coupe...Tu me ferais un grand honneur en l'acceptant. Je crois que personne plus que toi ne la mérite !
 
Nono, émue et généreuse accepte (après insistance de ma part) mon présent jeté à ses pieds ! (façon de parler !).
 
C'est un beau cadeau que tu m'as permis de te faire, NoNo, merci !
 
Fin de l'acte 8
 
ACTE IX
 
Le banquet est ouvert ! Force agapes et libations ? Non ? Rien que de très raisonnable ! Le vin, le pain, les fromages (merci Rapace, merci Nono), les gâteaux, pognes, nougats envahissent la (grande) table. On porte des toasts à cette journée, déjà inoubliable. On voudrait arrêter le temps. Je m'éloigne pour faire une photo du groupe (dommage Kanardhô a dû partir, snif). 
P1060074.JPG
  
MONOLOGUE

 TITIFB (aparté) : C'est curieux, certains, je ne les connais que depuis quelques heures, et ils me sont déjà familiers, et en plus maintenant, ils vont me manquer ! Avec d'autres, comme Raideur, Thunder, Rapace, Béné, P'tit Jean, Samontetro, JCdu38, LtBlueberry, Pinston, etc. on se retrouve comme de vieux amis ! C'est fou, c'est l'effet Kikourou ! Et en plus aujourd'hui, Mathias, THE webmaster himself est là ! Au bilan de cette journée, que du top ! Et je ne voudrais pas finir ce récit sans tirer un immense coup de chapeau …à Béné, à Samontetro, à Céline, à Moicelolo, ainsi qu'à toute l'équipe du Ski-Ckub de Lans en Vercors : Bravo pour votre formidable course qui fut un défi pour moi et pour d'autres...et surtout MERCI pour tout, pour les bénévoles aux carrefours, et aux ravitaillements (notamment ceux du sommet qui se sont gelés pour notre confort !).

Bon, c'est vrai, je suis tombée ! Encore une chute !

EPILOGUE

TITIFB : Moralité je me console en pensant à une citation du sage Confucius cher à Akunamatata.

LE COMMANDEUR
: Laquelle ?

TITIFB :
La plus grande gloire n'est pas de ne jamais tomber, mais de se relever à chaque chute. Mais, chut, ça, il ne faut pas que tu le dises.

LE COMMANDEUR (innocent)
: Pourquoi ?

TITIFB (fièrement)
: Parce que ça, c'est la chute de MA pièce de Théâtre ! Dont acte. Bon, c'est vrai, sur cette course, j'ai pris un sacré coup...mais c'était un coup de théâtre !

Merci à JCdu38, et au Castor Junior pour les photos.
Partager cet article
Repost0
4 juin 2007 1 04 /06 /juin /2007 07:06

Dimanche 3 juin 2007 a eu lieu le 3e Trail du Pic Saint Michel...
Toutes les photos sur là ! Tous les résultats sont là !

 

P1060041.JPG
Un nouveau podium  pour les Gazelles bleues ?!

Un week end résolument sportif : le 1er Trail des Gorges de l'Ardèche a eu lieu dimanche également (dommage...). 

2007-0601Image0034.JPG 

Le trail des gorges de l'Ardèche s'est déroulé le dimanche 3 juin autour de Saint Martin d'Ardèche. C'est la première fois que les coureurs se sont élancé sur un parcours sportif à la porte sud des gorges. Les 200 coureurs inscrits et de nombreux autres participants randonneurs se sont répartis sur deux parcours balisés, de la plage de St-Martin vers la garrigue, avec au retour le Mont Ventoux en ligne d'horizon. La Grande course s'étendait sur 28km avec 1030m de dénivelé. Elle fut parrainée par l'un des meilleurs "traileurs" sur l'hexagone, le Népalais Dachhiri Dawa Sherpa, auquel sont reversés, pour son association de solidarité, une partie des bénéfices de l'épreuve. Une belle journée de sport, du rivage de l'Ardèche à la garrigue, dans un décor majestueux.

Deux athlètes de la Section Loisirs y étaient avec...DAWA SHERPA ! Bravo Véronique Fijalek et Jean-Claude Goumarre ! Résultats sur Carnet du Coach des Montagnes !
Partager cet article
Repost0
29 mai 2007 2 29 /05 /mai /2007 06:46
                                    PENTES ET COTES POUR PENTECOTE !

En ce long week end de Pentecôte un rendez vous majeur a été donné dans les Pyrénées aux spécialistes de la montagne. Le petit village d'Arrens Marsous, haut lieu de la course en montagne, a accueilli les meilleurs coureurs de cette discipline exigeante et peu connue, il faut bien le dire...145 coureurs ont pris le départ. L'an dernier " Les Crêtes du Val d'Azun" avait servi de support à la sélection pour les championnats d'Europe.

TROIS VICTOIRES SINON RIEN !
Julien RANCON, en très grande forme depuis le début de la saison avec ses 2 victoires à Satilleu et au Grand Ballon, prenait la tête de la course pour ne plus la quitter jusqu'à la ligne d'arrivée. L'Ardéchois Emmanuel Meyssat aujourd'hui licencié à l'ACO Firminy prend une superbe 2e place après une lutte acharné avec son coéquipier Paul Henri Valour. 
Les 3 premiers sont du club de l'ACO Firminy, pour le classement par équipe, on ne prendra pas une calculatrice !

Les lauriers de la gloire pour Julien RANCON

IMG-6260.jpg 

                   
Classement par équipe GARCONS :

1 RANCON JULIEN       AC ONDAINE FIRMINY
2 MEYSSAT MANU        AC ONDAINE FIRMINY
3 VALOUR  PAUL HENRI  AC ONDAINE FIRMINY
7 RANCON MAXIME       AC ONDAINE FIRMINY 13 FFA pts


6 MONDOT YANN          ESCLOPS D'AZUN
9 LAHET JEAN-FRANCOIS  ESCLOPS D'AZUN
12 IGLISIAS HERVE      ESCLOPS D'AZUN
15 CARRERE JEAN-CLAUDE ESCLOPS D'AZUN    42 FFA pts


11 GILOTIN YVON         JAB
18 BOUKECHICHE LIONEL   JAB
20 CRAMPE FRANCK        JAB
33 LACOSTE BERNARD      JAB

DOMINATION CHEZ LES FEMININES !
Isabelle Guillot (Blagnac SC), bien remise de sa course de Satillieu où elle avait souffert d'un pied (problème lui coûtant sans doute la première place en Ardèche, autre haut lieu de la course en montagne), a pris sa revanche sur la Savoyarde Michelle Leservoisier. Isabelle laisse l'athlète de l'Athé Saint Julien 74 à près de 4'...La 3e à accéder au podium scratch est Patricia Althape-Arhondo des Esclops du Val d'Azun...

Isabelle GUILLOT, le sourire retrouvé


arrens2007-045-20.jpg

 Classement par équipe FILLES :
Victoire des ESCLOPS D'AZUN

5 ALTHAPE-ARHONDO PATRICIA  ESCLOPS D'AZUN
9 MONDOT MYRIAM             ESCLOPS D'AZUN
10 CAPRON DANIELE           ESCLOPS D'AZUN   24 FFA pts
          
2 GUILLOT ISABELLE          BLAGNAC SC
12 ROCACHER MAGALI          LAGNAC SC
18 POHL MARION              BLAGNAC SC       32 FFA pts

19 VIGNOL NADINE           BLAGNAC SC
21 PINATEL CLAIRE          BLAGNAC SC
22 SABINE MARYSE           BLAGNAC SC        62 FFA pts

23 BRICAULT CECILE        UATARBES STADO 
24 MAZET NICOLE           UATARBES STADO 
28 WAGNER-FOUREL DIANE     UATARBES STADO   75 FFA pts

L'an dernier, c'était l'équipe de l'AC BOURG PIERRELATTE composée de Chantal BAILLON, Sylvie FAURE-BRAC, et Louisa DRIF qui prenait le meilleur sur leurs adversaires.

Tous les résultats et les photos sur le site des Esclops !


http://www.esclopsdazun.com/
Partager cet article
Repost0
27 mai 2007 7 27 /05 /mai /2007 06:34

  LES VAINQUEURS D'ANDUZE ONT EU DU POT !

P1050933.JPGLes organisateurs de la traditionnelle Course de Pentecôte peuvent être fiers et heureux ! Organisée par "Athlétisme et Course Nature Anduze" par Claudy Benoît et Bernard Vierne et leur équipe, elle a eu lieu, hier samedi 26 Mai à Anduze dans le Gard. L'animation a été assurée par le dynamique speaker Claude Razon, (organisateur lui-même d'une course qui fêtera ses 20 ans en janvier 2008 : Le Tour pédestre de Caveirac.)
L'horaire y est original, et 410 coureurs se sont élancés de Plan de Brie à 17 h 30, sous un ciel  incertain...avant de laisser éclater une belle averse vers 18 h 30 sur les coureurs moins rapides...Cette 17e édition des 15 km s'est disputée sur un tracé vallonné autour du superbe massif de Lacan, en passant devant le château de Tornac, le Triac, la Réginerie, la source de Fontfroide, le pont de Cabrides et Traviargues...Un nouveau succès pour l'ACNA ! A l'arrivée, les sourires sur les visages mouillés ne trompaient pas ! La course de Pentecôte à Anduze est un succès ! Vous avez raté le millésime 2007 ? Pas de pot !


UN PLATEAU DE CHOIX
Après la canicule de l'an dernier, les conditions étaient excellentes pour courir en pays Gardois, et un nombreux public était présent pour applaudir le millésime 2007 qui a accueilli des champions venus de toute la région. Un plateau particulièrement relevé, tant chez les hommes que chez les femmes. 


P1050922.JPG
Chez les hommes, les sapeurs pompiers se sont taillé la part du lion ! Mais la victoire est revenue à Gilles Manse qui en 47'49 a pris le meilleur sur Bougema El Marahi (du CASA Pont Saint Esprit) qu'il laisse à 45". Abdelhak Bendaya (Sapeur Pompier) est 3e à 1'25; le 4e n'est autre que le champion régional bien connu des pelotons des coureurs sur route Stéphane Ruiz qui en termine à 1'29 du premier, et Abdelali Bagas franchit la ligne d'arrivée en 49'42. A noter que l'organisation, particulièrement généreuse, a récompensé au scratch les 10 premiers, ainsi que les 3 premiers de chaque catégorie (sans cumul), et a respecté la parité, encore trop rare pour ne pas être souligné !!! Les récipiendaires sont repartis les bras chargés de poteries d'Anduze. Bravo à l'ACN...

-Users-annie-Desktop-Image-12.jpg

UNE LUTTE AU COUTEAU CHEZ LES FEMMES !
La course féminine a tenu, elle aussi, toutes ses promesses de suspense...Corinne Gayraud, n'en doutons pas, était venue pour gagner ; deux pierrelattines qui s'étaient mélées au peloton pour la première fois, également !
Chantal Baillon, et Sylvie Faure-Brac, les deux athlètes Dromoises, ont fait course commune pendant les 3 premiers kilomètres du circuit. Puis, le parcours a commencé à grimper, et la championne d'Europe 2006 Master de course en montagne a fait parler la poudre...d'escampette ! Personne ne devait plus la revoir ! Elle s'offre une belle victoire en 58'25, prenant une superbe 31e place au classement général. Mais c'est derrière elle, maintenant, que se joue un mano à mano pour la deuxième place ; lutte qui va débuter dès le 5e kilomètre pour finir au sprint !

Sylvie Faure-Brac se fait rattraper par Corinne Gayraud, vainqueur, entre autres, du semi de Nîmes le 1er mai en 1h26'21. La Drômoise dévorée de points de côté ne renonce pas facilement et s'accroche pour revenir sur la Montpellieraine. Elle la repasse au 7 kilo, la lutte se poursuit, et Corinne ne baisse pas les bras et revient vers le 9e...Sylvie, reprend l'avantage avant la bascule du 10e qui annonce la descente vers l'arrivée; à deux kilomètres de la ligne de délivrance, Sylvie pense qu'elle a enfin fait le plus dur, mais derrière, son adversaire revient à la charge; le tout dans le plus parfait fair-play car Sylvie encourage Corinne à chaque attaque ! La descente se déroule à plus de 18 km/heure, aucune des deux ne voulant rien lâcher...Thierry Pantel, revenu de l'arrière se porte à la hauteur de la pierrelattine pour l'encourager, mais, souffrant d'un point de côté particulièrement douloureux, Sylvie est obligée de lever le pied, et de regarder Corinne Gayraud franchir la ligne d'arrivée en 59'54, 10 secondes avant elle...Sportivement, elle vient la féliciter.
Derrière, le trou est fait et il faudra attendre 5'30 pour voir la 4e couper la ligne à son tour. Il s'agit de Dominique Combes de l'ACNA (1h05'30). 

P1050927.JPG

Bravo aux organisateurs et aux bénévoles qui ont permis aux 410 coureurs (sur la 15km sans compter les nombreux jeunes qui ont animé les rues d'Anduze avant la course des AS) de dérouler leurs foulées sur cette magnifique course de la Pentecôte, la bien nommée : pentes et côtes ? Un nom qui va bien pour une épreuve constituée de pentes et de...côtes !

P1050906.JPG
Des Kikourous dans la course !!!
Zakkarri est venu en voisin...Enfin une rencontre !
 

J'ai fait leur connaissance avant la course en commençant mon échauffement. J'ai reconnu Zak immédiatement grâce à toutes les photos (merci Kikouroù) des récits. De plus, il arborait une magnifique casquette Kikourou avec PSEUDO ! Mais, même sans ce couvre-chef, pas de soucis, je l'aurais identifié! Apparemment lui aussi. On s'est regardés, on s'est retrouvés...Avec Ludo26, moins connu sur le forum car néo-kikoureur, c'est lui qui est venu vers moi...
Pour ce qui est de ma course, après le style journaliste de l'article ci-dessus, voici du live !

Après plusieurs courses un peu "en dedans" ou "à côté-off", j'avais samedi, décidé d'en découdre et mes baskets trépignaient dans mon sac de sport. Pendant le footing déroulé dans les rues du superbe village d'Anduze dans le Parc des Cévènes je décide de frapper "un grand coup". Finies les promenades comme à Millau, ou à Saint Paul.
.Je retire mon dossard à côté d'un des plus grands Temple de France, construit entre 1820 et 1823 sur l'emplacement de la cour des Casernes. Casernes qui furent construites au XVIIe siècle sur le Plan de Brie, pour abriter les troupes royales. La partie qui demeure à gauche du temple abrite actuellement l'Office de Tourisme, la partie de droite est devenue la Mairie.

Le ciel est chargé la pluie est annoncée, cela ne me gêne pas, au contraire ! Dans le sas de départ je suis à côté des champions aux avant-postes. A ma gauche Chantal Baillon, récente vainqueur de la Foulée Tricastine (cf CR), Corinne Gayraud vainqueur du Semi de Nîmes le 1er mai. A ma droite Stéphane Ruiz...et derrière,410 coureurs prêts à en découdre ! 5, 4, 3, 2, 1, hop, c'est parti ! Une petite pluie fine nous accompagne. Génial. Les 3 premiers kilos sont plats, et je déroule gentiment en compagnie de Chantal. Nous sommes au coude à coude à 3'40 au kilo. "Cool, on va trop vite !"Je me sens super bien ! Je lève le pied, néanmoins, car la pente maintenant se dresse devant nous. Je laisse, à regret croyez-le, partir mon athlète : la côte, c'est sa partie, sa force, sa botte secrète ! Je la suivrai d'abord de près, puis de plus loin, puis de très loin, puis...plus du tout ! Après une sévère montée, place à une descente technique dans des pierres où il est très difficile de doubler. Je veux revenir sur Chantal mais je suis gênée par des coureurs moins rapides qui bloquent le passage. Je me tords la cheville en doublant. Même pas mal ! 
-Users-annie-Desktop-Image-10.jpg

Je suis seule jusqu'au 5e kilo...et là, une fille me double, accompagnée de son chevalier servant. Nous jouerons à "rattrape-moi-si-tu-peux" toute la course ! Je prends sa foulée au passage et reste derrière elle jusqu'au 7e. Je me sens bien hop je double ! Ouf, me voilà partie ! "Bravo" me crie-t-on 2e féminine...Damned, j'entends "Bravo 3e !" ??? Bon, elle me redouble ! Ah Zak revient ? Chouette, nous allons courir ensemble. Ce que nous faisons...Jusqu'au moment où je décide de porter l'estocade à mon adversaire, vers le 10 kilomètres. J'allonge la foulée, double et cherche Zak...Mince, il ne me suit pas !!! Je descends maintenant à fond vers Anduze, il reste moins de deux kilomètres...Il faut tenir, j'ai un point de côté depuis le 5e kilo ! J'ai l'impression d'avoir un couteau entre les côtes, et à chaque inspiration il s'enfonce un peu plus ! Thierry Pantel me rejoint et m'encourage...Je lui demande si Corinne est en vue derrière moi : "Non, tout à l'heure, oui, mais, à présent, c'est bon. Tu es la première ?" "Malheureusement, non !". On déroule à fond, dans la même foulée. Soudain à 1 km de l'arrivée, déboulant de nulle part, revoici le chevalier servant de Corinne qui m'enrhume ! Wahou, Corinne ne doit pas être loin ! En effet, collée à sa basket gauche ! Thierry me dit :
"Il t'en reste sous la semelle ? On y va ? Accroche-toi".
"J'suis à fond et j'ai mal à mon point de côté...ne m'attends pas, fais ta course !"
"Ma course ? Je l'ai faite !"
Nous filons le train au duo, mais je ne réussirai pas à revenir...
-Users-annie-Desktop-Image-41---copie.jpg

Dans les derniers hectomètres Thierry lâche et je pars seule, mais, trop tard, elle franchit la ligne devant moi...Je franchis les barrières et vient congratuler Corinne. La bagarre est finie, et je salue les qualités de l'adversité !

Jolie course, je n'ai pas vu le temps passer ! 1h00 ! Je suis néanmoins assez satisfaite de ma prestation du jour, même si je viens de râter le doublé avec Chantal qui paraît déçue pour moi ! Zak arrive une minute après. Il termine 51' en 1H01'02, 18e SH...Belle course pour lui également ! Ludo26  ? Je ne sais pas...

Quel plaisir que cette course de la Pentecôte. Je vous la conseille vivement...Un grand merci aux organisateurs, bénévoles et sponsors !
Les photos sont là !
 

Partager cet article
Repost0
22 mai 2007 2 22 /05 /mai /2007 05:47

LA FOULEE TRICASTINE : LE MINI TRAIL DE SAINT PAUL 3 CHATEAUX 
Titi-en-plein-ciel-1-.JPG

Dimanche 20 Mai, à Saint Paul 3 Châteaux a eu lieu "LA FOULEE TRICASTINE". Au programme deux courses : 7 km et 15 km sur un parcours vallonné alternant routes et chemins de campagne. Il n'est que 8 h 15 lorsque je me rends au centre de Loisirs 2003 mais la chaleur est déjà bien présente. D'après mon carnet d'entrainement de l'an dernier, il fait 4° de plus que pour l'édition 2006 (20°)...Ca promet une belle suée ! 

Je croise de nombreux coureurs qui me connaissent et nous échangeons quelques mots, notamment sur la course du Viaduc de Millau, lorsque j'annonce fièrement ma participation à cette superbe épreuve (merci encore à Totocara et à dédé.a !).

Je ne prends pas mon dossard...pas encore du moins ! Je ne sais pas si je me sens de courir "les 15". Peut-être que, finalement, je devrais me contenter de faire le petit parcours. Ai-je suffisament récupéré ? Pourtant, j'étais très bien cette semaine et j'ai réalisé des séances de VMA tout à fait satisfaisantes qui m'ont laissé penser que j'avais bien retrouvé du rythme et une certaine vitesse.

P1050825.JPGChantal Baillon, vainqueur de l'édition 2006 ne se pose pas de question, elle, en prenant son dossard. Mes athlètes de la Section Loisirs sont là, et la plupart vont se mesurer aux 7 kilomètres, sauf Véronique Fijalek, Marie Angélique Simon, et Colette Canac qui dérouleront leurs foulées sur le 15 km.

Après un petit footing de mise en jambes, je constate que tout bien pesé, je ne suis pas trop mal. J'attends l'arrivée de Défi Franck car depuis la semaine dernière c'est lui qui a ma licence (il en avait besoin pour récupérer mon dossard à Millau). Je réclame après lui : personne ne l'a vu. Bon et bien, les dés en sont jetés, je ne prendrai pas mon dossard aujourd'hui...Peut-être que les organisateurs m'auraient inscrite tout de même. Je suis connue, ici, à Saint Paul 3 Châteaux, mais je sais que la présentation de la licence est obligatoire pour la délivrance du dossard, condition rappelée sur le formulaire d'inscription.

Tant pis, pas grave, je vais faire ma course quand même, na ! Il est 9 h, lorsque je quitte le centre 2003 au moment où les enfants sont sur la ligne de départ pour en découdre autour du quartier de la piscine. La course des adultes (7 et 15 partiront cette année en même temps) ne quittera le centre qu'à 9 h30, personne ne devrait me rattraper !

Ca fait drôle de faire une course toute seule. Ca me rappelle un contre-la-montre à Puy Saint Vincent il y a quelques années. Mais, aujourd'hui, ce n'est pas évident pour se motiver à aller vite. Personne devant, personne derrière...Je file quand même à 15 km heure ! Bon, ça ne dure pas, les montées se succèdent, et le gros morceau : la côte du Chameau est là qui se dresse devant moi comme un mur !

Je me retourne : personne ! Personne n'a eu l'idée de courir AVANT la course ici ! Il faut dire que je suis déjà au 4e kilomètre...Seule ? Alors je n'hésite pas, je marche en appuyant sur les cuisses pour faire piston. La pente est à plus de 30% ! Courte, mais intense ! J'arrive en haut, ouf...Les bénévoles sont là, au deuxième ravitaillement. Ils se demandent si je suis la première de la course ! Je m'arrête, rien ne presse, pour discuter avec eux et les remercier (ce que je ferai avec TOUS les bénévoles rencontrés aux carrefours aujourd'hui). 

Je repars en allongeant la foulée, les difficultés sont désormais derrière moi. C'est curieux, mais en courant, j'ai l'impression que le parcours a changé. Tiens, un kiosque, ici ? Oh, un étang avec des nénuphars ! Il n'y était pas la dernière fois ! En fait, l'itinéraire 2007 est strictement le même ! Mais en course, j'ai tendance à être tellement concentrée que je ne vois rien autour de moi, que mes adversaires potentielles !!! Ah, je profite donc du paysage, car aujourd'hui, cette course, c'est moi qui vais la gagner...dans ma tête ! Merci Franck : si tu étais venu, j'aurais pris mon dossard et à l'heure qu'il est, je serais en train de stresser sur la ligne de départ. 
Il est 9 h30, la meute va être lâchée derrière moi ; personne ne me rattrapera, pas même Mohamed Lantri, vainqueur de cette édition 2007; j'aurai le temps de rentrer à ma Titimobile, de prendre mon appareil photo, de me rendre à un point stratégique à 500 m de l'arrivée pour lui tirer le portrait !

En attendant, je me régale à dévaler les sentiers bordés de buis et de genêts en fleurs...Les randonneurs que je croise me laissent passer en m'encourageant, ainsi que les bénévoles surpris de découvrir ce qui leur semble être le premier de la course, euh, mince, la PREMIERE ??? Certains me proposent un verre d'eau que je refuse gentiment : je ne veux pas que ça puisse manquer à un coureur avec un dossard, légitimement engagé. Le seul gobelet que j'ai accepté est celui du premier ravitaillement, car je me suis faite asperger de sulfate par un tracteur qui traitait sa vigne ! Je me suis arrosée copieusement le visage, inutile de le dire !

Oups, je ralentis dans une descente technique, les pierres qui encombrent le chemin sont des pièges pour les chevilles. Ce n'est vraiment pas la peine de me blesser pour une course qui n'en est pas une ! Rien ne presse ! Pourtant j'allonge, car je ne voudrais pas rater l'arrivée des premiers et surtout des premières. Je pense que Chantal a course gagnée. C'est le genre de terrain qu'elle affectionne particulièrement : ça monte, ça descend, c'est technique, et c'est...beau !

Dernier kilo : je commence à croiser les coureurs du 7 kilomètres qui font leur footing de récup en venant à la rencontre des "15". Ils sont un peu interloqués de me voir débouler du chemin. Déjà là ? Comment est-ce possible ? Elle a mis le Turbo ? Et les garçons, alors ? Trop forte cette fille !  

Je croise également de nombreux italiens avec qui j'échange quelques mots. Des transalpins, ici, à Saint Paul 3 Châteaux ? Et oui ! La ville est jumelée avec Trecate, et des coureurs du club Trecate Atletica sont venus grossir le peloton Tricastin ! 

P1050818.JPG
Trouvé sur le site italien de l'Atletica Trecate :

"Siamo felici che anche per quest'anno il pulman (Bus granturismo) per la trasferta "Francese", è pieno.
La data è quella preannunciata del week-end del 19-20 Maggio.
Molti dei nostri atleti si misureranno nella 17^ edizione della Fouleè Tricastine ricambiando la visita di cortesia dei nostri amici francesi del CLET (società di atletica di St. Paul Trois Chateaux, gemellata con la città di Trecate), che hanno partecipato alla Trecate Half Marathon 2006."

Traduction approximative : Nous sommes heureux que pour cette année le pulman (Bus granturismo) pour le déplacement "Français", est plein. La date annoncée est celle du  week-end du 19-20 Mai.  Beaucoup de nos athlètes se mesureront dans cette 17e édition des Foulées Tricastines en rendant la visite de courtoisie de nos amis français du CLET (Association d'athlètisme de St. Paul Trois Chateaux, jumelée avec la ville de Trecate),  puisqu'ils ont participé au semi-marathon de Trecae Trecate en 2006 .

En effet, en 2002 la ville italienne de TRECATE près de Novare dans le Piemont dont les origines remontent à la Région des TRICASTINI depuis le début de notre ère, exprima le désir d’établir des liens de jumelage avec SAINT-PAUL-TROIS-CHATEAUX. Cette proposition fut donc concrétisée par la signature d’une première charte de jumelage entre les deux villes en 2002 à TRECATE; puis à SAINT-PAUL-TROIS-CHATEAUX en 2003.

Je prends le temps de saluer mes coureurs  La Section Loisirs qui ont achevé leur course sur le petit parcours. Ils sont interloqués de me voir là..
."Déjà là ????" "Première ? Devant Mohamed Lantri ??" 
"Et, oui, il n'était pas très bien, alors, je l'ai déposé dans le dernier kilo...Il arrive !" Je suis morte de rire de voir leur tête...

Je fonce vers le parking pour prendre mon appareil photo. Je compte bien immortaliser l'arrivée de mes copains et copines ! Le speaker annonce l'arrivée imminente du premier...Suspense ? Non ! C'est bien le Valentinois Mohamed Lantri, l'excellent coureur sur route de la région. Il a creusé sur son poursuivant un écart conséquent...Il franchit la ligne d'arrivée en 52'52 devant le Grenoblois Rachid Touaf (55'17) et le Vivarois Fabien Rimoux (57'04). Comme la première femme le fera de son côté : une domination sans partage et sans contestation. Ce jour-là, il y avait eux, et les autres ! La première femme ? Chantal Baillon bien sûr ! 13e au scratch en 1h02'31. En l'absence d'une concurrence féroce, elle a déroulé sa foulée...La deuxième, Sylvie Roux est à plus de 6 minutes en 1h08'53. La 3e Murielle Ciavatti est à 8 minutes en 1h10'32.



Résultats sur le petit parcours :
Hommes :
1 TARIKET MUSTAPHA 1 V1 00:20:49
2 BERNARD AURELIEN 1 SE 00:21:19
3 DE COSTA MANUEL 2 V1 00:21:43

Femmes :
1 FERRATO AMANDINE 1 SE 00:23:20
2 CARTAL-LAMANCHE MURIELLE 1 V1 00:25:23
3 GLEYSE CHRISTINE 2 V1 00:26:11

Quid de la Section Loisirs ?

P1050844.JPGJ'ai eu le plaisir de voir arriver pour s'inscrire à cette course très sympa, sur un parcours agréable et exigeant, plus proche du trail que de la course sur route, une dizaine d'entre eux. 


 Marielle Combe frôle le podium en prenant une 4e place chez les Séniors. Marie-France Valentin,  pour la première participation à une course de sa vie est 11e Sénior ! Nuria Bretheau est 6e chez les V1, Christine Nicolas a fait la route avec Lydie Favel ; elles terminent 9e et 10e...Chez les garçons, Jean-Claude est 11e Sénior (toujours en progrès !), Patrice Bretheau est 7e chez les V1. 31 femmes étaient au départ (et à l'arrivée !) de cette course sur 77 participants...Jolie présence féminine pour une distance accessible à tous (6 km).



Résultats sur le 15 km
:
Véronique Fijalek partie d'un bon pied sur le grand parcours, a "jardinéé sur le petit !!! Evidemment, ça prend du temps ! (J'en sais quelque chose, voir mon
CR sur le Trail de Dieulefit...), elle accroche néanmoins la 10e place chez les féminines, 9e chez les V1 ( 1h24'18). Colette Canac termine 13e Femmes; elle nous offre même un podium : 2e V2 en 1h30'19. Marie Angélique Simonin, bien remise de son semi-marathon de Nice est 14e F et 10e V1; Nicolas Marc est 41e V1. A noter la présence de 21 féminines sur les 110 coureurs du 15 !

P1050872.JPG


Au bilan de cette matinée sportive
La victoire de notre gazelle Chantal Baillon, le podium de Colette Canac, la première course de Marie-France Valentin ; au chapitre des déceptions, l'absence de Défi Franck, blessé, et ma -légère- frustration d'avoir couru sans dossard sur cette course...Bravo à la Section Loisirs pour sa participation massive ! La Roche Rude la semaine dernière, Saint Paul 3 Châteaux ce dimanche...mais où s'arrêtera-t-elle cette année ? 




Au programme des prochaines épreuves : 

La course du PELICAN,  au Teil (07) le dimanche 27 mai 2007 : 
Courses de 5 et 12 km,
Sur chemins goudronnés, et sentiers,
Passages en sous- bois,
Indication du kilometrage tous les kilomètres,
Ravitaillement tous les 2 km.
Tarif : 9 €.
Départ quartier de Mélas, à 9h30. 


 La Traversée des Dentelles, à Gigondas (84)  le dimanche 24 Juin 2007, 20e édition !

Départ place du village à 9h pour 21 km très vallonnés avec de longues côtes et des descentes cassantes. Tx 15 €. 900 part. Renseignements et Inscription au 08 92 68 33 13.

Partager cet article
Repost0
21 mai 2007 1 21 /05 /mai /2007 12:54

Dimanche 20 MAI : La Foulée Tricastine...Bientôt un commentaire ! Mais en attendant toutes les photos sont LA !
P1050845.JPG
La Section Loisirs y était !!! 

Tous les résultats : http://lafoulee.skyblog.com/

Partager cet article
Repost0
14 mai 2007 1 14 /05 /mai /2007 07:00

                    LA COURSE DU VIADUC DE MILLAU : UNIQUE ET MAGIQUE...

Pour les participants à cette course, la traversée sur cet ouvrage long de 2,5 km  et culminant à 270 m au dessus du Tarn, restera une expérience forte. Lors de cette première (et dernière !) course, la circulation sur l'A75 a été coupée toute la matinée à la hauteur du Viaduc, un ouvrage très fréquenté depuis son ouverture en décembre 2004, avec le passage mercredi, de son 10 millionième véhicule...

17323.jpg

Mais, en ce dimanche 13 Mai 2007, à 9 h, ça trépigne d'impatience dans le sas de départ de la course dite du Viaduc de Millau...Il faut dire que nous sommes debout ou assis, coincés au milieu d'une marée humaine depuis 1h15...Nous sommes un groupe de 6 coureurs venus de Pierrelatte et de Saint Paul 3 Châteaux.Avant la course du Viaduc

Grâce à l'accord et à la complicité de la Compagnie Eiffage du viaduc de Millau, et à celle de la Direction nationale des routes, la fameuse course d’un seul jour va enfin avoir lieu. Un parcours de 23,7 kilomètres au départ de Millau et la traversée intégrale du pont le plus haut du monde. Dès septembre 2006 les inscriptions se sont vendues comme des petits pains; mais pour des raisons de sécurité, les organisateurs avaient décidé de les limiter au nombre de 10500. Du coup, cette épreuve fait une entrée exceptionnnelle en prenant d'emblée pour sa seule et unique édition le 6e rang des grandes épreuves françaises de course à pied en termes de participants. Le premier rang étant occupé, bien sûr, par le  mythique Marathon de Paris, avec 35000 participants. 

Heureusement, il ne fait pas trop froid, certains, des habitués des Grands Rendez-vous, ont pris la précaution de se couvrir de sac poubelle...10510 ! 10510 coureurs privilégiés qui ont réussi à se procurer le fameux sésame pour fouler le sol du célèbre plus haut Viaduc du monde réalisé par l'architecte Foster. Gilles Bertrand, instigateur du projet rappelle : 
« On a tous des rêves. Celui d'organiser une course sur le viaduc de Millau faisait partie des miens avant même l'ouverture de l'ouvrage».
  

 LE PLUS HAUT DU MONDE !

Le Viaduc le plus haut du monde

Le parcours qui nous attend est assez exigeant et la côte de la piste nord du viaduc fera marcher beaucoup de bipèdes partis la fleur au fusil, euh, à la basket ! Les derniers de ce très long peloton garderont un oeil sur le chrono : ici, pas question de perdre trop de temps ! En effet, le viaduc ne pouvant être fermé à la circulation pendant une journée entière, le temps limite de 3h 30 est imposé à tous. Pour des raisons de sécurité, une barrière horaire est donc installée au km 8 à 10h 30, avant la traversée du viaduc, et au km 13 à 11h 15, avant le demi tour sur le viaduc. Les coureurs qui ne franchiront pas ces barrières horaires seront éliminés et ramenés en bus. Je ne sais pas si certains sont rentrés de cette cruelle manière...Bref, même si on veut prendre le temps de profiter du spectacle de cette superbe course, de l'ambiance du peloton, du paysage à couper le souffle, de ce Géant des Causses qui nous domine (la pile P2, la plus haute, dépasse du sol de 336 m)...pas question de trop musarder en chemin. Grâce à la participation d'une armée de bénévoles, que je remercie d'ailleurs avec chaleur, Millau a pu accueillir, renseigner, réconforter, soigner, nourrir, rafraîchir les coureurs engagés dans cette superbe aventure ! Qui inscrira son nom sur cette épreuve prestigieuse d’un jour ?

 UN PONT TROP HAUT ?

 

07-01-22-viaduc-millau-sarkozy.jpg

 
9 h Le départ est donné ! 
La musique d'ERA enfle et monte comme une prière vers le ciel bleu de cette belle cité Aveyronnaise qui a doublé sa population pour l'occasion...Les premiers s'élancent à toute vitesse. 9 h Le départ est donné ? Ah ? Pour notre groupe de Tricastins, rien de bouge...Ah, si ,on avance un peu. On est très bien placés : arrivés à 8h15, nous ne sommes qu'à une centaine de mètres de la ligne de départ réservée aux élites dont je ne fais pas partie aujourd'hui ! Nous ne mettrons qu'une minute pour franchir la ligne de départ : une aubaine !

GENESE DU DOSSARD 7845 :
Le dossard qui orne fièrement mon tee shirt ne m'était pas destiné. Il était promis depuis des mois à Totocara, (Antoine G). Et c'est un petit "miracle" si j'ai pu l'épingler ce matin ! Jeudi dernier, le 10 mai, je ne savais pas que mon week end serait Aveyronnais. 

Ira, ira pas ?
Tout a commencé par un "post" sur Kikouroù, un site dédié aux sports d'endurance et notamment à la course à pied. Je relatais dans ce fameux post à propos de la course du Viaduc mon regret de m'y être prise trop tard pour avoir un dossard.
Kikidrôme (merci à elle !) m'a donné les coordonnées de Totocara, un coureur blessé qui offrait son dossard ! Contact immédiat, je vais avoir son dossard, il me l'envoie par la Poste et je bénéficie de son hébergement dans un Mobil Home à Le Caylac avec l'équipe très sympathique d'Allan 26, mes voisins de Pierrelatte ! Tout se "goupille" pour le mieux, sauf mon angoisse de ne pas voir arriver mon dossard assez vite. Avec les ponts (les viaducs ???) du mois de mai, un retard de livraison de courrier n'est pas à exclure...Totocara l'a expédié directement au camping, mais si j'arrive là-bas et que je n'ai pas ce fameux sésame...Que faire ? Errer comme une âme en peine dans les rues de Millau ?  Me contenter d'encourager Défi Franck, Alain Guéri, Véronique Gielly, Chantal et Vital ? Bien sûr...mais, bon, j'aimerais bien néanmoins être avec eux pour courir, les encourager, et vivre avec eux cette aventure unique.

Trop de dossards !
Nouveau rebondissement vendredi matin : je reçois un mail d'andré.a, de Bessan (près de Pézenas) qui m'annonce qu'il a lui aussi un dossard pour moi et qu'il peut me l'amener en main propre pour être sûr que je l'ai à Lodève où nous devons passer ! Hourra ! Un bon tiens vaut mieux que deux tu l'auras disait ma grand-mère. L'affaire est entendu, et samedi matin, dès potron minet, nous voici partis de notre Drôme Provençale dans la Défifranckmobile. A Lodève, l'ami andré.a me confie son précieux dossard dont il ne peut rien faire : lundi, le destin est cruel parfois, il s'est fait une entorse sévère, 3 semaines d'arrêt ! Je porterai donc son dossard, et ses espoirs de faire figurer son nom au palmarès de cette épreuve qu'il aurait tant aimé courir...

Arrivée au camping à Le Caylac, le dossard de Totocara est là !!! Mince, que faire ? Lequel va orner ma poitrine demain ? Lequel va franchir la ligne d'arrivée ? Je ne peux quand même pas en mettre deux !!! Bah ! Je vais tirer au sort...Demain, je serai Antoine (Totocara) VH2. Hum, me laissera-t-on rentrer dans le sas des coureurs s'il y a une vérification des dossards ? Angoisse...Je laisse le dossard à Défi Franck qui loge sur Millau, avec la tâche ardue de faire changer le nom d'Antoine pour le mien. Et le dossard d'andré.a me direz-vous ? J'ai trouvé un nouveau hémérodrome (coursier grec, comme Philipiddès). Nouvelle pasation de dossard !Il s'agit de Christophe de l'équipe d'ALLAN 26 ! Super, tout s'arrange, d'autant que DéfiFranck m'annonce au téléphone qu'il a réussi à faire modifier le dossard d'Antoine, et que je vais pouvoir courir sous mon nom (pour les assurances, c'est mieux, on ne sait jamais...). Les deux dossards

 seront donc à l'arrivée ! Voilà donc l'histoire de mon parcours d'avant course ! Ira, ira pas ? Ira ! 

Je pense à tout ça, à toute cette chaîne de solidarité qui m'a permis d'être ici et maintenant en train de courir avec mes athlètes et amis, parmi ces milliers de gens venus de toute la France et même de l'étranger pour courir, et découvrir cet ouvrage fabuleux. 

La course :
Nous quittons donc Millau par une route descendante, et déjà le peloton joyeux et bariolé s'étire sur des centaines de mètres ! Les arrêts "pipi" se succèdent tout le long de la route, un bosquet ? Un coureur ! Il faut dire que l'attente dans le sas de départ était un peu longue...Même moi, je suis obligée de stopper ! La première fois de ma vie que ça m'arrive...Véro qui court avec moi, profite elle aussi de l'arrêt...Le chrono défile, bien sûr, imperméable à nos problèmes...La course est longue, nous aurons bien le temps de rattraper tout ce beau monde. Ce qui est vrai ! Ca y est,il est là, ce géant des Causses, au-dessus de nos têtes ! Nombreux sont les coureurs s'arrêtant faire des photos, pour immortaliser ce moment...Je sors également mon appareil (je cours avec un CamelBak), je ne l'ai pas transporté pour le promener ! Clic Clac, dans la boite...Et on repart ! Les cris d'admiration fusent. Maintenant nous abordons la piste nord et la pente devient sévère : il faut bien que nous montions à l'assaut du Viaduc ! 400 m de dénivelée, ça n'est rien pour moi, mais certains déjà, se mettent à marcher. 1er ravitaillement : comme nous sommes assez bien placées, Véro et moi, (dans les 1000...), pas d'encombrement aux tables et des bénévoles disponibles. J'en profite pour boire, prendre un gel, discuter avec un gars très sympa, faire des photos. Bon, il est temps de repartir. Où est ma cliente ? Mince, c'est pas vrai, perdue ? C'est pas grave, je la rattraperai toute à l'heure, je vais attendre Franck...Re-pause photos ! Pas de Franck ! Il a dû passer dans un groupe, je ne l'ai pas vu. Je repars donc, toute seule. Enfin, façon de parler ! J'en profite (mon côté coach !) pour encourager une féminine (Isabelle ?) et nous voilà montant la rampe d'accès au viaduc. Le vent est bien présent. 

SEQUENCE EMOTION :
Trop beau...J'y suis, enfin, mon rêve. Celui que je croyais inaccessible depuis des mois se réalise : je suis en train de courir SUR LE VIADUC ! J'en ai les larmes aux yeux... J'aurais voulu partager cette émotion avec mon ami Défi Franck, avec Véro, ou avec Alain...mais, je suis seule parmi ces milliers de coureurs anonymes qui me doublent. Il faut que je m'arrête pour prendre des photos que je sais historiques. Que je fasse ces clichés pour tous ceux qui n'ont pas eu la chance d'être là aujourd'hui, et qui auraient eu tellement envie d'y être et en tout premier lieu : Antoine et André. Je vous dédie à tous les deux ce CR. Sans vous, je n'aurais pas vécu cette joie si intense, qu'elle finit par faire mal, tout en faisant du bien ..J'ai pensé si fort à vous hier, que je suis sûre que vous avez été en communion avec moi, pour ce moment exceptionnel...
Il suffit de passer le pont

La traversée est assez longue, au loin on aperçoit l'arche du partenaire ASICS...Loin...Je ne sais pas si je dois aller plus vite. Véro est-elle devant ? S'est-elle arrêtée pour un arrêt technique ? (pipi !?), et je l'aurais dépasser sans la voir ? Où est Franck ? Alain ? Soudain, alors que je suis dans ma bulle, à profiter de cette ambiance magique, je vois Véro de l'autre côté des rails de sécurité !!! Elle est déjà sur le retour...Plus d'un kilomètre d'avance ! Allez,je fonce, je vais la rattraper ! J'allonge enfin la foulée...C'est à moi, maintenant de faire mon demi-tour sous l'oeil vigilant des bénévoles et de la police...Je déroule, double, remonte les coureurs par dizaines, soudain Franck, de l'autre côté cette fois ! "Salut Franck, ça va ? Tout va bien ? Je remonte sur Véro, à tout à l'heure...à toute allure". Je ne reviendrai jamais sur Véro, en fait, car mon vieux démon de la photo, me pousse de nombreuses fois encore à dégainer mon appareil...104 clichés et 2 films...et pendant ce temps, Véro galope devant ! 

LA CHASSE EST OUVERTE !
Bon, il reste 10 km, quasiment en descente (avec quelques petites côtes assassines...). J'aurai bien le temps de la rattraper. Je ne m'en fais pas trop. J'allonge et double ! A droite, à gauche, je slalome entre les coureurs "Bip bip, pardon !" hop, je passe, je dépasse ! Oh, trop beau le Viaduc vu d'ici. Nouvel arrêt. Certains me disent, "Tiens, mais je vous croyais loin devant" Grrrrrrrrr...Véro, Franck, où êtes-vous ? Je me retourne et crie "Franck" à tous les vents. Le long cortège multicolore s'étend derrière à perte de vue...Je regarde ma montre : dès que je peux dérouler, je suis à 18, 19 et même à 20 km/h....
En descente, bien sûr ! Et pas de Véro. L'ai-je doublée alors qu'elle était dans un groupe compact de coureurs ?  En courant, je repense à la célèbre fable de La Fontaine, "Le lièvre et la tortue" chauddevant.jpg: Rien ne sert de courir, il faut partir à point". Et j'aurai beau finir à fond, multiplier les Bip Bip, je franchis en apnée la ligne d'arrivée, déchirée par un point de côté qui me cisaille le diaphragme, sans avoir réussi à rejoindre Véro...Là, mon chrono indique 2 h03...Je reste de longues secondes les mains sur les genoux pour retrouver mon souffle. Puis, je décide de rester là pour attendre Franck et le prendre en photo sous l'arche d'arrivée. La musique ERA résonne dans la Parc de la Victoire. Joli nom...Soudain, l'animateur vient vers moi pour m'interviewer; je réponds de mon mieux à ses questions en guettant Franck. Le micro sous le nez je ne peux sortir mon appareil, lorsque mon ami apparaît !!! Frustrant ! "Et bien, merci", "De rien, grrrrrrrrrr" ! Entre temps, DéfiFranck a disparu ! J'aurai passé la course à les chercher décidément ! Les bras m'en tombent : comme la Vénus de Milo ? Non, ici, c'est la Vénus de Millau  ! Rien à voir avec la célèbre statue grecque de l'époque hellénistique, Aphrodite, et non pas, c'est affreux, dite ? Bon, j'arrête ! Finalement, je réussirai à retrouver tout le monde...

Au bilan : un week end fantastique, et je pèse mes mots, et je remercie particulièrement Christine (Kikidrome), Antoine G (Totocara), André A (dédé.a). Franck (défi Franck), Patricia, Christophe, ainsi que toute l'équipe du club d'Allan 26 !

P1050561.JPG

LES DERNIERES INFOS (trouvées sur le site de l'organisateur)

Entre 200 et 300 coureurs sauvages ont franchi la ligne d'arrivée dotés de faux dossards. 
 Une première en France : l'épreuve a fait l'objet de reportages sur l'ensemble des télés françaises : TF1, France 2, France 3 et M6 ont diffusé un sujet sur la course dans leur JT du soir.

La seconde féminine à franchir la ligne, a été déclassée. En effet, elle n'était pas inscrite et avait disputé la course avec le dossard d'un homme.

Ma vidéo !

 

Partager cet article
Repost0
5 mai 2007 6 05 /05 /mai /2007 08:04
fred-rivet.JPGFrederic Rivet :  le V de la Victoire !

 

FREDERIC RIVET AU MARATHON INTERNATIONAL DE PARIS

Près de 30000 coureurs ont pris le départ de cette 31e édition du Marathon International de Paris sur les Champs-Elysées sous un soleil d'été... Les derniers ont franchi la ligne de départ alors que les premiers déroulaient leurs foulées place de la Nation...Dur-dur !

Tout au long du parcours, 250 000 personnes encouragaient les concurrents et profitaient des 70 animations musicales et festives dans les rues de Paris. Y avait de l'ambiance, d'ailleurs on va au MDP pour ça !

La course a été remporté par des vainqueurs inédits : le qatarie Mubarak Shami (2h07’19) et l’Ethiopienne Tafa Magarsa (2h25’07). Chez les français, on note la 3ème place de Christelle Daunay alors qu’elle disputait son premier marathon. Elle a parcouru les 42,195km en 2h28’54 chrono qui va lui permettre de disputer les championnats du monde d’Osaka au mois août.

Le vrai VAINQUEUR DU MARATHON DE PARIS !

Parmi les 30000 concurents, Frédéric Rivet, Responsable du magasin Gedimat aux Blâches. Non, il ne finira pas au coude à coude avec Mubarak Shami, ni même avec la 1ère française ! Notre ami Fréd a fait SA course, et un chrono en moins de 4 heures à l'arrivée est tout à fait respectable. Sur un marathon, la véritable victoire c'est de franchir la ligne d'arrivée et 3h53'10, finalement, c'est presque anecdotique. Fréd l'a fait, heureux, comme on peut le voir sur la photo, oui, c'est ça sa victoire ! Bravo.

Partager cet article
Repost0
30 avril 2007 1 30 /04 /avril /2007 04:00
Dimanche 29 Avril à 9 h au stade d'Orsan, a eu lieu la première édition du Trail  du Camp César, dans le Gard (Orsan,  6 Kms au sud de Bagnols Sur Cèze). Au menu de cette épreuve 26 kms avec 1300 m de dénivelée positive et négative...80 % de monotraces en semi autosuffisance.
Parmi les 137 coureurs qui se sont alignés pour en découdre, un athlète de la Section Loisirs : Jean-Claude Goumarre. Le 15 Avril, il s'était essayé au trail de Dieulefit, y a pris goût et s'est lancé sur les sentiers plus que vallonnés du parcours concocté par Régis CHAUTARD.

 Le cadre de cette course est unique et historique. En effet
le Camp de César est un important oppidum qui a été occupé à partir du 5e siècle avant J.C (pas avant Jean-Claude !) jusqu'au 6e siècle après J.C. De nombreux vestiges, remarquablement conservés, subsistent encore de nos jours : remparts, nécropoles, quartiers d'habitations, basilique, forum,...

Sur le vif

"Salut coach ! Ben voilà, je viens de boucler mon 2ème trail et celui-là, il était costaud. C'est une course très technique au niveau des appuis, je boucle le parcours en 3h24, 96e sur 137, 33e  SH.Il y a eu 14 abandons."

 

P1050131.JPG

Jean-Claude et ses 3 filles à Dieulefit

Résultats complets

Partager cet article
Repost0
16 avril 2007 1 16 /04 /avril /2007 05:44

 

16 avril
LE TRAIL DE DIEULEFIT : SE PERDRE, C'EST PERDRE !

 CO2 Dieulefit club Rhône alpin de Course d’Orientation a eu une excellente idée : organiser un trail à travers les magnifiques collines environnantes de leur petit village.  Ce sera le « Défi Dieulefitois ». 

 

 P1050075.JPG

La Section Loisirs pose pour la postérité

Dieulefit, petit bourg de 3200 âmes est une terre de Potiers : la tradition de la poterie dans le pays de Dieulefit remonte loin dans le passé : les fouilles archéologiques ont livré des vestiges de fours et de poteries datant de l'époque gallo-romaine ! Les ateliers, galeries et expositions méritent assurément une visite...

En ce dimanche 15 avril 2007, sous un soleil et une chaleur printanière, c'est donc une première édition et plus de 200 coureurs vont essuyer les plâtres ! Deux distances sont proposées aux trailers : 13 km pour 600 m de dénivelé, et 28 km et 1300 m +. 


Il est 8 h, et sur le parking où a lieu la remise des dossards, les coureurs se retrouvent dans une ambiance fort détendue...Le départ sera donné sur la place principale du village à 9 h, rien ne presse !

Aujourd'hui, c'est un grand jour pour mes coureurs de la Section Loisirs de Pierrelatte (groupe que j'ai créé et que je coache depuis 5 ans). 14 d'entre eux ont répondu présents à ce rendez-vous. Certains sont plus inquiets que d'autres et viennent me voir à ma voiture pour me demander des conseils, mais surtout pour être rassurés...13 km et 600 m de dénivelé positif et négatif, pour la plupart, c'est ENORME ! Mais c'est un défi qu'ils veulent relever et ce n'est pas Défi Franck qui me dira le contraire ! Après deux semaines de galère, il a décidé de s'aligner avec ses camarades...Je ne veux pas qu'il force sur son mollet encore convalescent, il fera la course "en dedans" en restant avec l'un ou avec l'autre pour les aider, les encourager, et sur ce plan là, on peut lui faire confiance ! La course, pour la Section Loisirs se passera au mieux, et tous seront ravis de leur dimanche : la course, la beauté des paysages, l'ambiance, le repas d'après-course dans le parc de la Baume.... ; la joie et la fierté de "l'avoir fait" les habitent.

 

Briefing zappé !

8 h 45 l'équipe organisatrice a réuni les futurs trailers sur la place Châteauras où sera donné le départ à 9 h. Je n'ai pas l'habitude des briefings : sur les "10 km" pas besoin qu'on nous explique de long en large ou en travers qu'on doit faire deux boucles de 5 km en suivant les flèches au sol ainsi que les indications des signaleurs à chaque carrefour ! Alors que fait Titifb pendant les explications de texte ? Des lignes droites, des éducatifs, des étirements ! Elle part pour un 10 km ? Non, pour un Trail...Première erreur qui va lui coûter cher...Chantal Baillon qui fait son grand retour sur le circuit a déjà passé un quart d'heure à étudier la carte IGN du parcours et à la mémoriser. Comme une bonne élève, elle se montre très attentive aux explications données au micro avant le départ..."La séparation des circuits se fera au 1er ravitaillement". Ok ! Je prends note ! Pas elle ! Toujours des lignes droites en accélérations foudroyantes. Ca sent la forme, le mano à mano avec Chantal, la championne du monde de course de montagne. Titifb pense peut-être arriver à la battre aujourd'hui ? Possible...8h50. Les Kikoureurs se rapprochent les uns des autres pour une séance de photos : Marie38, Arno38, Pinston, Défi Franck, Titifb et Iade38.

 

9 h : 5 4 3 2 1 Partez !
Le premier kilomètre se déroule sur du goudron, puis très vite les choses sérieuses commencent ! Chantal et Titifb sont au coude à coude. Sans doute, la course se passera ainsi...Apparemment, la victoire se jouera entre elles deux. Dès le départ, le trou s'est creusé avec leurs adversaires. Sur le large chemin sinueux et heureusement ombragé qui les mène au premier ravitaillement Titifb se retourne pour voir la distance avec les autres filles, mais personne en vue ! Une légère douleur aux jambiers antérieurs (douleurs récurrentes chez elle) l'inquiète un peu. Mais tout va bien pour l'instant. Il commence à faire chaud et soif ! Ah, enfin, le ravitaillement. Beaucoup de monde à ce poste : coureurs et bénévoles sont massés devant les tables. Elle n'hésite pas à s'arrêter, à s'asperger la tête avec 2 gobelets, et à en boire un troisième, le quatrième sera pour son éponge ! Bon, c'est pas'tout ça, faut r'partir Ttifb ! C'est n'est pas parce qu'on a de l'avance qu'il faut exagérer...Chantal a disparu, profitant de l'arrêt prolongé au stand de sa camarade, la championne a mis les bouts ! Titifb repart tranquillement sur le sentier de droite, avec son groupe de coureurs et hop : du faux plat descendant, comme elle les aime...Elle allonge la foulée, le mors aux dents, la forme est là. Ah, Chantal a pris la poudre d'escampette ? Elle va la rattraper ! Au bout d'un kilomètre, elle commence à lever le pied, si elle continue comme ça, c'est l'asphyxie assurée, et toujours pas de Chantal en vue ! Pire, un spectateur lui annonce : "1ère femme !" ? 1ère femme ? ? Et Chantal, alors ? Oh, la pôvre, elle a dû se tromper de parcours ! Titifb regarde maintenant autour d'elle et demande à ses compagnons de route : "Euh...on est bien sur le 13 km ? ". Consternation, enfer et damnation ! Non, c'est le parcours du 28 km sur lequel elle s'est embarquée ! Mais, c'était où la bifurcation ? Au ravitaillement, il y a plus d'un kilomètre ! Que faire ? Rester sur le 28 ? Hésitation...mais une belle ampoule sous la voûte plantaire de son pied gauche la dissuade de se lancer dans l'aventure, ainsi qu'un manque certain de préparation...Mais retourner en arrière...trop dur ! La rage au coeur, elle décide de faire demi-tour avec d'autres compagnons d'infortune, qui, comme Titifb ont manqué la bifurcation...Le retour se fait donc à contre-sens de la course et d'autres coureurs qui se sont trompés également viendront grossir le groupe "des revenants qui n'en sont pas revenus de s'être trompés !". En fait, l'explication est là : les organisateurs avaient posé AU SOL, devant les tables de ravitaillement les pancartes qui indiquaient les deux parcours. Avec les bénévoles et les coureurs massés devant, on ne les voyait plus...Tous les coureurs regardent étonnés Titifb faire demi-tour.


"Mais, qu'est-ce que tu fais ???"
"Je me suis trompée de parcours..."
"Ca fait rien, cours avec nous !"
"28 km ? Ca va pas, non ?" 

Ah, elle tempête notre Titifb ! La victoire est perdue, c'est sûr, la course est foutue ! Que faire, abandonner ? Elle hésite en arrivant au ravitaillement à redescendre par son chemin de montée. Elle regarde sa montre : 3 km de trop ! Cette promenade divertissante sur le 28 km lui a coûté 15 minutes ! Chantal doit déjà être dans la remontée des Fonds ! La mort dans l'âme, elle se remet en route ! Tant pis, elle continue, elle en sera quitte pour un entraînement ! Ca lui apprendra à ne pas écouter les briefings d'avant-course ! Sa nouvelle devise sera celle des orienteurs : "il vaut mieux marcher dans la bonne direction que de courir dans la mauvaise !". Sa course désormais se résumera à : donner des explications à tous ceux qui la connaissaient et s'interrogent sur sa présence à l'arrière de peloton, à tenter de doubler dans les monotraces, à piétiner derrière des coureurs qui ne s'écartent pas (peu, mais, il y en a !), à fulminer contre les organisateurs  ? :

"Ca aurait était simple qu'un bénévole, parmi les dizaines du ravitaillement indique les différents parcours ! Un simple panneau au moins, à hauteur d'yeux !"

 Non, pire, c'est à elle, qu'elle s'en prend !

"Tu pouvais pas demander au ravitaillement si tu avais un doute ? Euh, j'avais pas de doute, j'ai fait comme Panurge, tout le monde allait à droite, j'ai pris à droite !!!"

 Ah, ces coureurs sur route !!! Tout dans les jambes, rien dans l'crâne ! Tout juste bons à dérouler leur foulée sans réfléchir, mais la course en nature, c'est pas ça. Il faut courir avec sa tête, être TOUJOURS vigilant ! Bon, ça va, c'est pas la peine de lui jeter la pierre, on le sait qu'avec la fatigue, les coureurs manquent parfois de lucidité...C'est une première édition, et l'organisateur (qui s'attendait à accueillir Titifb sur le podium) a reconnu cette erreur d'avoir mis les panneaux par terre ! C'est promis, la prochaine fois, il les mettra en hauteur !

Elle est pointée vers la 92e place ! 14 ou 15 e féminines ! Les carottes sont cuites ! Aucune chance de figurer au palmarès de cette première édition du Défi ! Tant pis, elle fait désormais contre mauvaise fortune bon coeur ! Elle fait même une rencontre insolite : la Kikoureuse Kikidrôme que Titifb remonte sur un sentier est tellement étonnée de la voir derrière elle...qu'elle la prend en photo : "Sinon, personne ne me croira !". Sourire, clic la photo et hop, elle repart comme une flèche. Cette petite mésaventure lui permet de remonter un à un tous ses athlètes de la Section Loisirs qui n'en reviennent pas de la voir DERRIERE EUX ! Titifb en profite donc pour les encourager avant de les passer...prestement !

Parc de la Beaume, Chantal est arrivée depuis un quart d'heure et s'inquiète sérieusement de ne pas voir franchir la ligne par son coach ! La 2e Sylvie Roux ainsi que la3e Marie-Lauraine Gaude sont là...Catherine Gerfaud aussi.

1h28'14 et 750 m de dénivelé au compteur...c'est Titifb qui en finit !!! 16 km ! Comme si 13, ce n'était pas suffisant !

"Mais, c'est pas vrai, qu'est-ce que tu as foutu fait ???"

"Ne m'en parle pas ! Je me suis trompée de parcours !!!"

La décence m'interdit de mentioner la suite du propos...mais tout s'arrangera autour d'une immense table remplie de victuailles, de Kikoureurs, de coureurs de la Section Loisirs. Tous applaudiront des deux mains la victoire de Chantal ! Titifb, qui avait amené, comme à son habitude une bonne bouteille de Côte du Rhône Vieille Vignes médaillée, a levé son verre sportivement à sa camarade...Elle termine  la 36e place au scratch, 5e chez les féminines au prix d'une course folle pour revenir sur les premières...mais, trop tard !

"Rien ne sert de courir très vite, il ne faut pas se tromper de parcours !!!" A méditer pour la prochaine édition !"

 

Au pays des potiers, Titifb n'a pas eu de pot !

Merci aux organisateurs et aux sponsors pour la superbe médaille en poterie et le fameux PICODON de Dieulefit !

Résultats de la SECTION LOISIRS :

Franck Delannoy : 51e et 24e S, Jean-Claude Goumarre : 52e et 25e S, Véronique Fijalek 53e : 7e F, et 5e V1, Thierry Bussot : 63e et 29e S, Christine Nicolas : 67e, 13e F, 8e V1, Patrice Breteau : 80e et 18e V1, Marie Angélique Simonin : 84e, 21e F, et 16e V1, Colette Canac : 89e et 2e V2, Lydie Favel : 116e, 39e F, 21e V1, Olivier Favel : 117e, 23e V1, Nuria Breteau : 118e, 40e F, 22e V1.

B_R_A_V_O  à tous ! Et merci à Joêl Canac pour les photos de courses ainsi qu'à Richard Rey-Moutet dont les clichés seront en ligne très bientôt, ici même.

 


Commentaires

Le 16/04/07 à 09:35, commentaire de NoNo l'escargot
Titifb devrait s'acheter un GPS qui parle... "au prochain-carrefour-prenez-à-droite" !
C'est un peu rassurant de voir que ce genre de boulette arrive aussi aux meilleurs !!!
Bravo quand même pour ta course et surtout pour ton récit plein d'humour. J'ai adoré.

NoNo_l'escargot_au_plaisir_de_te_croiser !

Le 16/04/07 à 10:33, commentaire de chorizo13
sacré TITIFB , désolé pour toi, mais je ne peux pas m'enpêcher de croire que tu aurais du continuer sur le 28.

ciao

Le 16/04/07 à 12:46, commentaire de gdraid
titifb, j'adore te lire !
Courir en Nature, c'est courir l'Aventure, à tous moments.
Cette histoire restera en ta mémoire, plus longtemps qu'une quelconque victoire.
C'est une très belle histoire !
Encore bravo titifb !
JC
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Courir Plus Haut
  • : Le blog de Titifb, passionnée de montagne. 6e des championnats du monde Master de course en montagne 2006. Trails, 10 km, plans d'entraînement, conseils, récits de courses...Coach d'une équipe de coureurs Drômois.
  • Contact